A la Une

Vendanges 2018 : « Ça me rappelle 1999 ! »

Raisins magnifiques, temps idéal, le millésime 2018 est plein de promesse. Plus particulièrement en rouge. All about Burgundy a suivi les vendanges au domaine Hubert Lignier à Morey-Saint-Denis. Laurent Lignier nous fait découvrir sa parcelle de Pommard (Climat En Brescul), une vigne acquise avec notamment Eric Carrière, ex-footballeur international, consultant et caviste. L’occasion d’un échange entre les deux hommes sur cette association entre deux passionnés.    

 

0 commentaires

Encore un millésime précoce !

On l’oublierait presque dans cette série de millésimes de grande précocité, vendanger en août est exceptionnel en Bourgogne. C’est pourtant bien le scénario qui se répète pour la deuxième année de suite en 2018. Une année aussi marquée par la sécheresse.

 

 Les premières caisses de raisins chargées au Château de la Commaraine (Pommard). LG.
Les premières caisses de raisins chargées au Château de la Commaraine (Pommard). LG.

Des premiers coups de sécateurs dès la dernière semaine d’aout et des vignerons qui rentrent de vacances pour se plonger sans transition dans la récolte de leurs raisins. C’est une nouvelle fois le scénario offert par le millésime 2018 en Bourgogne. C’était déjà le cas en 2017, même si cette année est encore plus précoce. Elle rentre même dans l’histoire du vignoble dans le palmarès des millésimes les plus en avance sur la normale (autour du 20 septembre). Il ne bat pas l’inoubliable 2003 (entre le 20 et le 25 août en Côte d’Or) mais se situe tout juste après.
L’été particulièrement chaud, a provoqué une situation d’avancement de la maturité généralisée dans tous les vignobles bourguignons. Les cuveries sont en activité partout : de Chablis au Mâconnais.


Le domaine Roux à Saint-Aubin a débuté la récolte dès le mercredi 29 août. Avec un premier constat : les raisins ont conservé du jus. C’était la grande crainte après un été très déficitaire en pluie. « Les grappes sont dans un état sanitaire parfait, mon père me dit qu’il n’a jamais vu cela. Nous avons la qualité et la quantité. Seules trois parcelles ont dû être triées », expose Sébastien Roux.


Plus au nord, le domaine Gouges à Nuits-Saint-Georges a débuté ses vendanges le 3 septembre par quelques parcelles de blancs. «Il était temps de commencer car nous avons enregistré des degrés potentiels à plus de 13 et même un maximum à 13,7°. La quantité est au rendez-vous même dans les vignes grêlées début juillet. Dans notre parcelle de Nuits premier cru La Perrière, où nous avons été touché à 20% environ, nous atteignons 36 hectolitres hectares. On peut dire que l’on s’en sort bien. A l’inverse dans les rouges, les prélèvements ne témoignent d’aucune urgence. « Nous sommes entre 12,5 et 12,8° selon les parcelles. La maturité phénoliques n’étaient pas encore complète jusqu’à ces derniers jours ». La faute certainement à la grêle mais aussi peut-être au manque d’eau qui a bloqué les vignes.


Au Château de la Commaraine à Pommard, la nouvelle équipe (voir l’article de novembre dernier) a commencé la récolte ce mardi 5 septembre. Les raisins sont là aussi parfaitement sains et ne nécessiteront que très peu de tri. La quantité est au rendez-vous : le millésime était potentiellement très généreux dans certaines parcelles. Nous avons pratiqué des vendanges vertes pendant l’été », explique Jean-Luc Vitoux, directeur.
Un deuxième millésime quantitatif et certainement qualitatif pour la Bourgogne se profile consécutivement pour la Bourgogne. Une situation inespérée après la série d’années déficitaires rencontrées jusqu’en 2016.

 

0 commentaires

Une carte parcellaire du Musigny

La famille des cartes Parcellaire de la Collection Pierre Poupon s’agrandit. Après les grands crus de Vosne-Romanée c’est le Musigny qui livre ses secrets en grand format.

La carte parcellaire du Musigny avec ses 11 producteurs, 25 parcelles et 3 lieux-dits différents.
La carte parcellaire du Musigny avec ses 11 producteurs et 25 parcelles différentes.

Plongez au plus près de l’un des plus fameux grand cru de la Côte de Nuits : Le Musigny. All About Burgundy et la Collection Pierre Poupon ont ainsi répertorié et situé les 11 producteurs, identifié leurs parcelles cadastrales ainsi que leurs superficies. Autant d’éléments mis en forme sur une carte au format mural (80X60 cm).

 

D'un coup d'oeil, il est possible de repérer où les domaines de Voguë, Roumier, Drouhin, etc. cultivent leurs vignes. Les courbes de niveaux permettent de visualiser le relief.  La carte donnent aussi les différents lieux-dits (Les Musigny, Les Petits Musigny, La Combe d'Orveau), les coordonnées GPS du climat et quelques éléments marquants du lieu (portes, murets, panneaux, etc.). Des information situés également dans une carte générale de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits.

Au total 6 cartes sont désormais disponibles dans cette collection : Clos de Vougeot, Montrachet, Grands crus de Vosne-Romanée*, Chambertin, Musigny, Meursault premier cru Perrières.

 

Le format standard 80X60 cm permet de les encadrer et de les exposer facilement pour en faire un bel objet de décoration.

 

* Romanée-Conti, La Romanée, Romanée-Saint-Vivant, Richebourg, La Tâche, La Grande Rue.

 

 

> Une carte disponible auprès de l'Athénaeum à Beaune : voir le site.

 

> Voir le site de la collection Pierre Poupon (Livres, Atlas et cartes).

 

 

 

 

 

0 commentaires

Le domaine de la Romanée-Conti s’offre un 9e grand cru

Un accord avec le domaine Bonneau du Martray va lui permettre d’exploiter 2,5 hectares en Corton- Charlemagne. Le domaine de la Romanée-Conti atteindra ainsi 28 hectares. Uniquement en grands crus...

 

Une porte d'entrée dans le Corton-Charlemagne pour le domaine de la Romanée-Conti. LG
Une porte d'entrée dans le Corton-Charlemagne pour le domaine de la Romanée-Conti. LG

Le fameux domaine de la Romanée-Conti (Vosne-Romanée) a trouvé un accord avec le domaine Bonneau du Martray pour reprendre en fermage 2,5 hectares en Corton-Charlemagne, grand cru blanc de la Côte de Beaune. Le domaine Bonneau du Martray (Pernand-Vergelesses) dispose de 11 hectares dans le Climat Charlemagne dont 9,4 ha en chardonnay, ce qui en fait le premier producteur de ce grand cru. Une production jugée « trop importante pour son marché », selon Aubert de Villaine, cogérant du domaine de la Romanée-Conti.

Le vignoble sera mené en biodynamie, comme il l’est depuis 2004, et devrait produire entre 8 000 et 10 000 bouteilles chaque année. Les premières vendanges seront réalisées en 2019. Le domaine de la Romanée-Conti atteindra ainsi 28 hectares.

 

Avec le Montrachet (67,5 ares en propriété), ce sera le deuxième grand cru blanc commercialisé par le domaine. Ce dernier est par ailleurs déjà présent sur la colline de Corton (Clos du Roi, Bressandes et Renardes) depuis fin 2008 dans le cadre d'un fermage avec le domaine Prince Florent de Merode.

 

Le domaine Bonneau du Martray a été vendu en janvier 2017 par la famille Le Bault de La Morinière à l'américain Stanley Kroenke (lire ici), notamment propriétaire du vignoble californien Screaming Eagle dans la Napa Valley.

 

Carte du vignoble du domaine Bonneau du Matray. Base Collection Pierre Poupon.
Carte du vignoble du domaine Bonneau du Matray. Base Collection Pierre Poupon. (Reproduction interdite sans accord)
Lire la suite 0 commentaires

Terra Vitis, en plein renouveau, fête ses 20 ans

Né dans le Beaujolais pour promouvoir la viticulture raisonnée, Terra Vitis a fêté ses 20 ans d’existence. Après avoir connu des hauts et des bas, le réseau attire de nouveaux vignerons et compte plusieurs centaines d’adhérents en France.

Tony Cavot (domaine de Charverron) nouveau labellisé Terra Vitis. LG
Tony Cavot (domaine de Charverron) nouveau labellisé Terra Vitis. LG

« La société avance, il faut aussi que l’agriculture avance. Etre en groupe c’est la meilleure façon d’avancer plus vite », expliquait Gérard Bazin, président de la Chambre d’agriculture du Rhône, lors des 20 ans de Terra Vitis. Expérimenter de nouvelles pratiques et échanger les résultats, c’est précisément la raison d’être de ce réseau qui promeut la viticulture raisonnnée. Une culture basée sur l’observation afin de traiter uniquement lorsque nécessaire, aux bonnes doses et avec le bon appareil. « Pour moi Terra Vitis est une véritable reconnaissance de la viticulture raisonnée. Tout le monde dit avoir ce type de pratiques mais là il y a un véritable cahier des charges, avec 2 audits par an, un interne et l’autre externe. Cette traçabilité le consommateur la demande de plus en plus. On le constate quand on fait de la vente directe. Terra Vitis permet de créer de la confiance. Nous n’en restons pas à une simple déclaration d’intention. Cela nous pousse à être davantage rigoureux, à mieux utiliser les outils à notre disposition », explique Tony Cavot du domaine de Charverron. Ce jeune vigneron, à la tête de 12 hectares en appellation beaujolais, chénas et bourgogne a rejoint Terra Vitis l’année dernière.  

 

Il n’est pas le seul dans ce cas puisque le réseau, devenu national dès 2001, connait une forte progression ces dernières années. Plus souple que la réglementation bio et validant une démarche environnementale appréciée des distributeurs, le label Terra Vitis permet à des vignerons de structurer une approche de viticulture durable, d’échanger avec des collègues mais aussi d’anticiper les évolutions d’une réglementation sur les produits phytosanitaires appelée à être de plus en plus contraignante dans les années à venir. « Nous avons gagné un tiers d’adhérents depuis l’année dernière », explique Jean-François Pluvinage (Domaine des Joséphins), à la tête de Terra Vitis Bourgogne-Beaujolais-Jura et vigneron dans les Pierres Dorées. « C’est la seule démarche environnementale reconnue par la société des alcools du Québec (Ndlr : monopole de distribution du vin au Québec », insiste-t-il. «  A Terra Vitis on ne s’interdit rien, on peut tout essayer sans dogmatisme, à partir du moment où les interventions sont neutres pour l’environnement, la nature ou l’homme. », conclut Jean-François Pluvinage pour expliquer l’attrait du label.

 

0 commentaires

Recevez toute l'actualité des vins de Bourgogne !

Inscrivez-vous à la newsletter
All About Burgundy :