A la Une

Livre : les Climats de la Côte Chalonnaise ont aussi leur "bible"

Après leur ouvrage de référence dédié à la Côte de Beaune et à la Côte de Nuits*, Marie-Hélène Landrieu-Lussigny et Sylvain Pitiot poursuivent leur exploration des terroirs bourguignons et publient "La Côte Chalonnaise - Atlas et Histoire des Noms de Climats et de Lieux" (Editions de Monza - Editions du Meurger).

 

Atlas et Histoire des Noms de Climats et de Lieux de la Côte Chalonnaise (Sylvain Pitiot).
Atlas et Histoire des Noms de Climats et de Lieux de la Côte Chalonnaise.

Mercurey, Givry, Montagny, Rully, Bouzeron racontés par les cartes et les noms de leurs 561 Climats. C'était le rêve de tous les amoureux de la Côte Chalonnaise, dont l'accessibilité a attiré à elle de nombreux amateurs de vins de Bourgogne ces dernières années.

Sylvain Pitiot, consultant viti-vinicole et cartographe, a doté ce livre d'une cartographie détaillée des différentes appellations, de la superficie précise de leurs Climats, mettant ainsi en lumière les singularités de chacune d’elles.

Marie-Hélène Landrieu-Lussigny, professeur agrégée de lettres classiques, livre un éclairage étymologique sur ces fameux terroirs. On y apprend par exemple que "Les Margotés", Climat de Rully, vient de « margotte » qui désigne dans le patois local un fagot ou une botte de branches. On sait que l’endroit était couvert de chênes avant que la vigne ne prenne la place.

"Les Combins" à Mercurey fait référence à la combe, une dépression de terrain dans la côte. A Givry, "Clos Marole" vient de la racine pré-indo-européenne MER ou MAR qui signifie rocher ou hauteur rocheuse. Une origine que l’on retrouve par exemple dans l’appellation Maranges.

 

Le lecteur trouvera donc l’origine, l’histoire et la signification de chacun de ces noms. Ce livre constitue donc un témoignage précieux de la culture du terroir en Bourgogne. Il devrait, comme son ainé, faire date.

Sylvain Pitiot ingénieur topographe reconverti dans la vigne (il a été régisseur du Clos de Tart jusqu’en 2015), en a notamment assuré la cartographie.

L'ouvrage est bilingue Français/Anglais et les photos d’Armelle Hudelot illustrent le propos.

Avec la participation de Jacky Rigaux, universitaire, écrivain, spécialiste de la pratique de la « dégustation géo-sensorielle ».

 

Editions du Meurger - Editions de Monza - 49 €

 

Disponible ici par exemple : > Athenaeum (Beaune)

 

* "Climats et lieux-dits des grands vignobles de Bourgogne" (Editions de Monza - Editions du Meurger)

0 commentaires

Vendanges 2018 : « Ça me rappelle 1999 ! »

Raisins magnifiques, temps idéal, le millésime 2018 est plein de promesse. Plus particulièrement en rouge. All about Burgundy a suivi les vendanges au domaine Hubert Lignier à Morey-Saint-Denis. Laurent Lignier nous fait découvrir sa parcelle de Pommard (Climat En Brescul), une vigne acquise avec notamment Eric Carrière, ex-footballeur international, consultant et caviste. L’occasion d’un échange entre les deux hommes sur cette association entre deux passionnés.    

 

0 commentaires

Encore un millésime précoce !

On l’oublierait presque dans cette série de millésimes de grande précocité, vendanger en août est exceptionnel en Bourgogne. C’est pourtant bien le scénario qui se répète pour la deuxième année de suite en 2018. Une année aussi marquée par la sécheresse.

 

 Les premières caisses de raisins chargées au Château de la Commaraine (Pommard). LG.
Les premières caisses de raisins chargées au Château de la Commaraine (Pommard). LG.

Des premiers coups de sécateurs dès la dernière semaine d’aout et des vignerons qui rentrent de vacances pour se plonger sans transition dans la récolte de leurs raisins. C’est une nouvelle fois le scénario offert par le millésime 2018 en Bourgogne. C’était déjà le cas en 2017, même si cette année est encore plus précoce. Elle rentre même dans l’histoire du vignoble dans le palmarès des millésimes les plus en avance sur la normale (autour du 20 septembre). Il ne bat pas l’inoubliable 2003 (entre le 20 et le 25 août en Côte d’Or) mais se situe tout juste après.
L’été particulièrement chaud, a provoqué une situation d’avancement de la maturité généralisée dans tous les vignobles bourguignons. Les cuveries sont en activité partout : de Chablis au Mâconnais.


Le domaine Roux à Saint-Aubin a débuté la récolte dès le mercredi 29 août. Avec un premier constat : les raisins ont conservé du jus. C’était la grande crainte après un été très déficitaire en pluie. « Les grappes sont dans un état sanitaire parfait, mon père me dit qu’il n’a jamais vu cela. Nous avons la qualité et la quantité. Seules trois parcelles ont dû être triées », expose Sébastien Roux.


Plus au nord, le domaine Gouges à Nuits-Saint-Georges a débuté ses vendanges le 3 septembre par quelques parcelles de blancs. «Il était temps de commencer car nous avons enregistré des degrés potentiels à plus de 13 et même un maximum à 13,7°. La quantité est au rendez-vous même dans les vignes grêlées début juillet. Dans notre parcelle de Nuits premier cru La Perrière, où nous avons été touché à 20% environ, nous atteignons 36 hectolitres hectares. On peut dire que l’on s’en sort bien. A l’inverse dans les rouges, les prélèvements ne témoignent d’aucune urgence. « Nous sommes entre 12,5 et 12,8° selon les parcelles. La maturité phénoliques n’étaient pas encore complète jusqu’à ces derniers jours ». La faute certainement à la grêle mais aussi peut-être au manque d’eau qui a bloqué les vignes.


Au Château de la Commaraine à Pommard, la nouvelle équipe (voir l’article de novembre dernier) a commencé la récolte ce mardi 5 septembre. Les raisins sont là aussi parfaitement sains et ne nécessiteront que très peu de tri. La quantité est au rendez-vous : le millésime était potentiellement très généreux dans certaines parcelles. Nous avons pratiqué des vendanges vertes pendant l’été », explique Jean-Luc Vitoux, directeur.
Un deuxième millésime quantitatif et certainement qualitatif pour la Bourgogne se profile consécutivement pour la Bourgogne. Une situation inespérée après la série d’années déficitaires rencontrées jusqu’en 2016.

 

0 commentaires

Une carte parcellaire du Musigny

La famille des cartes Parcellaire de la Collection Pierre Poupon s’agrandit. Après les grands crus de Vosne-Romanée c’est le Musigny qui livre ses secrets en grand format.

La carte parcellaire du Musigny avec ses 11 producteurs, 25 parcelles et 3 lieux-dits différents.
La carte parcellaire du Musigny avec ses 11 producteurs et 25 parcelles différentes.

Plongez au plus près de l’un des plus fameux grand cru de la Côte de Nuits : Le Musigny. All About Burgundy et la Collection Pierre Poupon ont ainsi répertorié et situé les 11 producteurs, identifié leurs parcelles cadastrales ainsi que leurs superficies. Autant d’éléments mis en forme sur une carte au format mural (80X60 cm).

 

D'un coup d'oeil, il est possible de repérer où les domaines de Voguë, Roumier, Drouhin, etc. cultivent leurs vignes. Les courbes de niveaux permettent de visualiser le relief.  La carte donnent aussi les différents lieux-dits (Les Musigny, Les Petits Musigny, La Combe d'Orveau), les coordonnées GPS du climat et quelques éléments marquants du lieu (portes, murets, panneaux, etc.). Des information situés également dans une carte générale de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits.

Au total 6 cartes sont désormais disponibles dans cette collection : Clos de Vougeot, Montrachet, Grands crus de Vosne-Romanée*, Chambertin, Musigny, Meursault premier cru Perrières.

 

Le format standard 80X60 cm permet de les encadrer et de les exposer facilement pour en faire un bel objet de décoration.

 

* Romanée-Conti, La Romanée, Romanée-Saint-Vivant, Richebourg, La Tâche, La Grande Rue.

 

 

> Une carte disponible auprès de l'Athénaeum à Beaune : voir le site.

 

> Voir le site de la collection Pierre Poupon (Livres, Atlas et cartes).

 

 

 

 

 

2 commentaires

Le domaine de la Romanée-Conti s’offre un 9e grand cru

Un accord avec le domaine Bonneau du Martray va lui permettre d’exploiter 2,5 hectares en Corton- Charlemagne. Le domaine de la Romanée-Conti atteindra ainsi 28 hectares. Uniquement en grands crus...

 

Une porte d'entrée dans le Corton-Charlemagne pour le domaine de la Romanée-Conti. LG
Une porte d'entrée dans le Corton-Charlemagne pour le domaine de la Romanée-Conti. LG

Le fameux domaine de la Romanée-Conti (Vosne-Romanée) a trouvé un accord avec le domaine Bonneau du Martray pour reprendre en fermage 2,5 hectares en Corton-Charlemagne, grand cru blanc de la Côte de Beaune. Le domaine Bonneau du Martray (Pernand-Vergelesses) dispose de 11 hectares dans le Climat Charlemagne dont 9,4 ha en chardonnay, ce qui en fait le premier producteur de ce grand cru. Une production jugée « trop importante pour son marché », selon Aubert de Villaine, cogérant du domaine de la Romanée-Conti.

Le vignoble sera mené en biodynamie, comme il l’est depuis 2004, et devrait produire entre 8 000 et 10 000 bouteilles chaque année. Les premières vendanges seront réalisées en 2019. Le domaine de la Romanée-Conti atteindra ainsi 28 hectares.

 

Avec le Montrachet (67,5 ares en propriété), ce sera le deuxième grand cru blanc commercialisé par le domaine. Ce dernier est par ailleurs déjà présent sur la colline de Corton (Clos du Roi, Bressandes et Renardes) depuis fin 2008 dans le cadre d'un fermage avec le domaine Prince Florent de Merode.

 

Le domaine Bonneau du Martray a été vendu en janvier 2017 par la famille Le Bault de La Morinière à l'américain Stanley Kroenke (lire ici), notamment propriétaire du vignoble californien Screaming Eagle dans la Napa Valley.

 

Carte du vignoble du domaine Bonneau du Matray. Base Collection Pierre Poupon.
Carte du vignoble du domaine Bonneau du Matray. Base Collection Pierre Poupon. (Reproduction interdite sans accord)
Lire la suite 0 commentaires

Recevez toute l'actualité des vins de Bourgogne !

Inscrivez-vous à la newsletter
All About Burgundy :