A la Une

La vigne en prime time sur France 2 et France 5

France Télévisions lance un programme oenotouristique court baptisé « 1 Minute, 1 Vignoble ». Il sera diffusé sur France 2 et France 5 à partir du 27 mars et jusqu’au  18 juin vers 20h35.
Un programme constitué de 18 films proposant au spectateur une promenade oenotouristique. Ils conduiront le spectateur dans le Bordelais, en Bourgogne, Champagne, Languedoc, Provence et Côtes du Rhône la découverte des terroirs. Un paysage, une histoire, un lieu ou un savoir-faire spécifique seront mis en lumière.
« 1 Minute 1 Vignoble » a fédéré 6 régions viticoles sur la base du volontariat des interprofessions participantes. Il a été conçu par le Studio Kabo et parrainé par l'association Vin & Société.
« Ce programme inédit a pour objectif de raconter aux téléspectateurs un peu de l’histoire du patrimoine viticole français et de leur donner l’envie de partir à la découverte des vignobles comme 10 millions de touristes l’ont déjà fait en 2016 » commente Joël Forgeau, président de Vin & Société.

Sur France 2 : du lundi au jeudi à partir du 27 mars et jusqu’au  4 mai vers 20h35
Sur France 5 : du vendredi au dimanche à partir du 28 avril au 18 juin vers 20h35 également.

0 commentaires

Hospices de Nuits : la plus petite récolte depuis 2003

La 56e vente des Hospices de Nuits se tient dimanche au Clos de Vougeot. Issue du millésime 2016, la récolte mise aux enchères est la plus petite en volume depuis 2003.

 

La cuvée Georges Faiveley, premier cru du domaine des Hospices de Nuits. LG
La cuvée Georges Faiveley, premier cru du domaine des Hospices de Nuits. LG

Seulement 90 pièces (fûts de 228 litres) et une feuillette (114 litres) du millésime 2016 seront proposées aux acheteurs au Clos Vougeot, lors de la 56e édition de cette vente. Pour comparaison le volume en vente  était respectivement de 123 et 134 pièces en 2016 et 2015.
La faute, bien-sûr, aux gelées d’avril 2016. « Elles ont fait des dégâts plus particulièrement dans la partie sud de Nuits-Saint-Georges », précise Jean-Marc Moron, régisseur du domaine. Les cuvées affichent des rendements à l’hectare très variables : de 7 à 46 hectolitres.
Pour autant, le bel été qui a suivi ce printemps très éprouvant pour les nefs des vignerons a permis d’atteindre des niveaux de maturité inespérés. Comparables même au millésime 2015. Toutes les cuvées affichent des degrés d’alcool supérieurs à 13° sans recours à la chaptalisation. « Nous avions prévu des vendanges en octobre et finalement nous avons avancé la date de récolte. Les premiers raisins ont été coupés le 28 septembre », précise Jean-Marc Moron. Des vendanges qui sont allées bon train puisqu’elles ont été bouclées en un peu plus de 5 jours seulement. 
Dégustés le 14 mars dernier à la cuverie des Hospices, les vins présentaient dans l’ensemble une belle expression aromatique, des textures souples mais équilibrées en bouche, de la chair, et des tannins mûrs. 2016 est un millésime rare mais réussi. Seules quelques cuvées avec une matière un peu ferme ou plus fluette, nous ont semblé en deçà de ce que les Hospices de Nuits ont proposé lors des derniers beaux millésimes comme 2015.

 

Nous avons particulièrement apprécié :

Nuits-Saint-Georges premier cru blanc Les Terres Blanches cuvée Pierre de Pême
Nuits-saint-georges cuvée des Sœurs Hospitalières
Nuits-saint-georges cuvée Claude Poyen
Nuits-saint-georges premier cru Les Porets cuvée Antide Midan
Nuits-saint-georges premier cru Les Didiers cuvée Fagon
Nuits-saint-georges premier cru Les Saint Georges cuvée Georges Faiveley

Compte rendu complet dans quelques jours sur ce site.


Dégustation ouverte au public de 14 à 17 h le samedi 19 mars et de 15 à 17h le dimanche 20.

6, rue Henri Challand – 21700 Nuits-Saint-Georges – Tél. 03 80 62 67 00 - www.hospicesdenuits.com

Vente Dimanche à partir de 15h00 au Château du Clos Vougeot
La Pièce de Charité sera vendue au profit de l’Association «Une lame pour courir» en présence de médaillés paralympiques.

 

 

A noter également :

 

> "Nuits au Grand Jour"

Dégustation des vins de Nuits-Saint-Georges ainsi que ceux d’autres terroirs de Bourgogne.

Possibilité d’achat sur place.

Halles de Nuits-Saint-Georges
Samedi et dimanche de 10h à 17h30
Dégustation 12 € l’entrée, verre inclus.

Télécharger
Programme des festivités de la Vente des Hospices de Nuits
programme.pdf
Document Adobe Acrobat 245.5 KB
0 commentaires

Laurent Ponsot : un "imprévu" et un nouveau challenge

Surprise en Côte de Nuits. Laurent Ponsot, 63 ans, a bien laissé les rênes du domaine familial de Morey-Saint-Denis. Un événement survenu "du jour au lendemain" explique-t-il.

Laurent Ponsot, vigneron en Côte de Nuits quitte le domaine familial. LG
Laurent Ponsot, vigneron en Côte de Nuits quitte le domaine familial. LG

C’est évolution imprévue. Une nouvelle sur laquelle Laurent Ponsot n’a pas souhaité épiloguer lors de nos échanges. Il a affirmé préférer se consacrer à sa nouvelle activité de négoce créée avec son fils ainé Clément, 37 ans. Il a démenti au passage les rumeurs voyant dans cette actualité les prémices d’une vente du domaine.
C’est sa sœur, Rose-Marie, qui reprend la gérance de l’exploitation.
Laurent Ponsot  part avec les "contrats" de négoce qu'il avait développé (le domaine Ponsot est aussi négociant depuis 1989). Des vins issus d’achats de raisins et donc vinifiés sous sa férule. Dans certains cas les vignes sont cultivées directement par la maison.  La maison Laurent Ponsot est basée à Gilly-lès Cîteaux, près de Vougeot.
Des très belles références figurent à la gamme et une production de 30 000 bouteilles est prévue à terme (millésime 2017).
Comme annoncé précédemment, la gamme de départ comprend notamment des grands crus chambertin, griotte-chambertin, clos saint-denis, mais aussi le premier cru chambolle-musigny Les Charmes. Elle sera également bien étoffée en blancs de la Côte de Beaune : grands crus montrachet et corton-charlemagne, mais aussi meursault premiers crus Genevrières, Charmes, Perrières et Blagny.
Laurent Ponsot reste propriétaire à 25% du Groupement foncier agricole  du domaine Ponsot.

0 commentaires

Le domaine Ponsot nouvelle cible des investisseurs ?

Le domaine Ponsot (Morey-Saint-Denis) pourrait bien être la prochaine propriété familiale bourguignonne vendue. Après la vente du domaine Bonneau du Martray (Pernand-Vergelesses) en début d'année, ce serait la deuxième en quelques mois.

Le Clos de la Roche du domaine Ponsot. L'un des grands crus de rêve de la Côte de Nuits. LG
Le Clos de la Roche du domaine Ponsot. L'un des grands crus de rêve de la Côte de Nuits. LG

« Une marche a été franchie. Une barrière a sans doute cédé dans l’esprit de certains propriétaires », nous confiait le mois dernier un vigneron en vue, propriétaire en Côte de Beaune et en Côte de Nuits. Il réagissait à la vente du domaine Bonneau du Martray (lien ici).

Il a certainement vu juste. Le départ de Laurent Ponsot du domaine familial de Morey-Saint-Denis n’est pas anodin. Il témoigne de dissensions familiales sur l’avenir de ce domaine emblématique de la Côte de Nuits (12 grands crus à la gamme). Laurent Ponsot a trois sœurs et la rumeur affirme qu’elles auraient pour projet de vendre le vignoble. Une éventualité tentante au vu des niveaux de prix atteints par les vignes en Bourgogne… 

 

Mise à jour du 14/03 : Laurent Ponsot confirme avoir cédé la gérance à sa soeur Marie-Rose mais dément des projets de vente du domaine.


Laurent Ponsot a donc décidé de partir de l'exploitation (dont il est propriétaire à 25%) pour créer une société de négoce avec son fils ainé Clément comme l’affirme le magazine américain Wine Spectator. La maison Laurent Ponsot sera basée à Gilly-lès-Cîteaux et Laurent Ponsot y travaillera aux cotés de son fils ainé, Clément. La gamme de départ comprendrait les grands crus chambertin, griotte-chambertin, clos saint-denis, mais aussi le premier cru chambolle-musigny Les Charmes. Elle serait également bien étoffée en blancs de la Côte de Beaune : grands crus montrachet et corton-charlemagne, mais aussi meursault premiers crus Genevrières, Charmes, Perrières et Blagny. 
Laurent Ponsot avait rejoint son père Jean-Marie en 1981. Il a fait les gros titres des journaux en confondant le faussaire Rudy Kurniawan en 2008 (condamné en 2014 à 10 ans de prison).

0 commentaires

Une bouteille de Bourgogne sur 12 n’est pas produite en... Bourgogne !

C’est l’un des enseignements des chiffres de production du millésime 2016. Presque 100 000 hectolitres ont été produits dans le département du Rhône, dans le Beaujolais donc.

Une bouteille de Bourgogne sur 12 produite dans le Beaujolais ! LG
Une bouteille de Bourgogne sur 12 produite dans le Beaujolais ! LG

Une par caisse de douze… Comme la proportion de bouteilles de Bourgogne qui n’est pas produite dans la région Bourgogne. C’est l’un des enseignements des chiffres de production du millésime 2016. Sur une récolte totale de 1,226 million d’hectolitres en 2016 (la plus petite depuis 2003) en Bourgogne presque 100 000 hectolitres ont été produits dans le département du Rhône. Un  volume qui est venu grossir le contingent d’AOC régionale : bourgogne et crémant de Bourgogne.

 

Le résultat des liens ancestraux qui unissent la Bourgogne et le Beaujolais. Depuis la création des AOC, la Bourgogne viticole descend bien plus au sud que les frontières administratives de la région. Une aubaine pour le deux vignobles. Ce volume transféré du sud au nord vient combler, pour partie, le manque de vins d’entrée de gamme produit dans les départements bourguignons. Pour le Beaujolais, dont le redécollage sur les marchés tarde à se faire sentir, cette possibilité de repli dans une AOC bourguignonne permet de limiter les dégâts. Ils sont déjà lourds après de longues années de crise structurelle.

 

Ces chiffres convaincront-ils les différentes familles de ces deux régions d’accélérer le rapprochement de leurs dirigeants et autres moyens interprofessionnels ? Rien n’est moins sûr. D’une part parce que la délimitation de l’aire d’appellation bourgogne dans le Beaujolais n’est toujours pas bouclée (elle est espérée pour 2018). Un autre héritage surprenant de l’histoire des AOC, mais surtout un vide inquiétant pour les vignerons bourguignons. D’autre part parce que le plan concocté par la nouvelle présidence de l’interprofession du Beaujolais, dévoilé le 15 février dernier, semble bien davantage vouloir redorer le blason du nom « Beaujolais » que de rejoindre la famille Bourgogne.

 

Bourgogne - Beaujolais. Deux cousins dont les destins semblent voués à s’entrecroiser mais à ne jamais totalement se confondre.

 

0 commentaires

Découvrez notre newsletter !

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.



Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.