Le domaine Hubert Lignier en bio certifiée

Domaine de référence de Morey-Saint-Denis (Côte de Nuits), le domaine Hubert et Laurent Lignier a décidé de passer à la bio certifiée. 2016 a été le deuxième millésime officialisant la démarche bio.

Lire la suite 0 commentaires

Les 45 visages de Saint-Vincent au Clos de Vougeot

La Confrérie des Chevaliers du Tastevin propose une rétrospective des 45 affiches originales illustrant la célèbre fête de la Saint Vincent tournante en Bourgogne, de 1971 à aujourd’hui. Une exposition à découvrir au Château du Clos de Vougeot jusqu’à fin mars.

Lire la suite 0 commentaires

La Compagnie de Burgondie dévoile ses ambitions

La nouvelle marque "La Burgondie". Un cheval de bataille pour la coopération bourguignonne.Vincent Rougeau
La nouvelle marque "La Burgondie". Un cheval de bataille pour la coopération bourguignonne.Vincent Rougeau

La Compagnie de Burgondie annonce la création de “La Burgondie”, une marque à vocation internationale destinée au grand commerce, en France et à l’export. L'occasion pour ce groupement de coopératives d'affirmer ses ambitions. « La Burgondie est une marque qui ose et qui repose sur un modèle économique juste, juste pour le consommateur et juste pour le vigneron. L’objectif de La Burgondie est clairement d’offrir des vins de Bourgogne issus de chardonnay, pinot noir, gamay, aligoté, à la portée de tous. » expose Rémi Marlin, directeur général des vignerons de Buxy (Côte Chalonnaise). La gamme propose des vins entre 9 et 20 € la bouteille pour les consommateurs. L’opérateur prévoit d’investir un demi-million d’euros sur 5 ans pour développer sa notoriété.

 

“La Burgondie” revendique son appartenance au monde de la coopération puisqu’elle s’accompagne de la mention « vignerons coopérateurs » sur les étiquettes.

 

Les principaux marchés ciblés sont l’Europe, les Etats-Unis et la Chine et la Russie. Les premiers référencements ont eu lieu chez Super U, Carrefour ou encore Leclerc.

 

La Compagnie de Burgondie regroupe depuis juin 2015 les caves de Bailly Lapierre et des Vignerons de Buxy. Elle a vu l’arrivée en septembre dernier, de l’Alliance des Vignerons Bourgogne Beaujolais. L’ensemble représente 1 000 familles de vignerons, 3 200 hectares de vignes, 180 000 hectolitres de production, plus d’une trentaine d’appellations d’origine.

 

> Site internet La Burgondie

 

 

Lire la suite 0 commentaires

La colline de Corton perd-t-elle la tête ?

Un mystérieux acheteur, une coquette somme et un site emblématique en Bourgogne. Les ingrédients pour que l’alarme soit sonnée autour de la colline de Corton sont réunis. Décryptage.

Lire la suite 2 commentaires

Saint-Véran, amère, dit adieu à sa « Côte-Rôtie »

En octobre dernier, l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) a demandé de cesser toute commercialisation des vins portant la mention « Côte-Rôtie » sur l’étiquette des vins de l’AOC Saint-Véran (Mâconnais). En vertu de l’application de la réglementation européenne cette disposition s’appliquera dès le millésime 2017. Elle laisse un goût amère chez les producteurs de l'appellation. Ils notent que les vignerons de l’AOC Côte-Rôtie se sont opposés à tout accord amiable au cours d'une réunion en décembre dernier. Les producteurs de Saint-Véran font valoir que leur « volonté était de mettre en avant l’identité d’un climat qualitatif et non d’usurper ou de détourner la notoriété de l’AOC Côte-Rôtie ». Ce climat, cadastré depuis le XIXe siècle au moins, s’étend sur une dizaine d’hectares pour une production d’environ 12 à 15 000 bouteilles par an.

 

L'Union des producteurs du cru pointe du doigt "le paradoxe de la protection de appellations" :

« Le cahier des charges de l’AOP Saint-Véran autorise à mentionner un nom de Climat sur l’étiquette, si ce lieu-dit est cadastré, cela est vrai pour le Climat « La Côte-Rôtie ». Cependant, la réglementation européenne prévoit que les dénominations enregistrées (appellations) sont protégées « contre toute utilisation commerciale directe ou indirecte pour des produits comparables ne respectant pas le cahier des charges lié à la dénomination protégée ».

 

> Lire notre article sur l'appellation Saint-Véran

Lire la suite 1 commentaires

Mercurey prêt pour la Saint-Vincent !

Mercurey accueille la Saint-Vincent tournante ce week-end (28 et 29 janvier). L’appellation phare de la Côte Chalonnaise se mobilise depuis des mois pour réussir cette grande fête bourguignonne. Demandez le programme.

Lire la suite 0 commentaires

Pierre Vincent au Domaine Leflaive

Pierre Vincent lors des vendanges 2016 au domaine de la Vougeraie. LG
Pierre Vincent lors des vendanges 2016 au domaine de la Vougeraie. LG

Régisseur du Domaine de la Vougeraie depuis 2006, Pierre Vincent a mis le cap vers la Côte de Beaune. Il officie depuis aujourd’hui au domaine Leflaive, référence de Puligny-Montrachet et de la "Côte des blancs". Le domaine Leflaive poursuit donc ses évolutions consécutives au décès de sa gérante emblématique, Anne-Claude Leflaive, disparue en avril 2015. Son neveu Brice de la Morandière, issu du monde l'entreprise et de l'industrie lui a succédé. Ce dernier a donc décidé de s’entourer d’un homme ayant l’expérience d’un domaine d’une superficie conséquente et travaillant en biodynamie. Le domaine de la Vougeraie (Nuits-Saint-Georges), propriété de la famille Boisset, s’étend sur 34 hectares principalement en Côte de Nuits.
Le domaine Leflaive compte 24 hectares dans les plus prestigieuses appellations blanches de Bourgogne : Montrachet, Chevalier-Montrachet, Bâtard-Montrachet, etc. Les premiers essais en bio et en biodynamie ont été menés dès le début des années 1990. Le vignoble a été totalement converti en biodynamie en 1997.

Plus récemment le domaine s’est implantée dans le Mâconnais (20 hectares) sur les appellations Pouilly-Fuissé et Mâcon-Verzé.       
Assistant de Pierre Vincent pendant les vinifications 2015 et 2016, François Lecaillon a pris la tête du domaine de la Vougeraie. On ignore encore si ce changement est définitif ou provisoire.

Lire la suite 0 commentaires

Les Cités des vins adoptées à une large majorité

C'est donc oui. Le projet des Cités des Vins (Beaune, Chablis, Mâcon) a reçu une large majorité de soutien, 72%, lors de l'assemblée générale de l'interprofession des vins de Bourgogne (BIVB). "Le projet d'une génération", selon Louis-Fabrice Latour, président du BIVB.

Lire la suite 3 commentaires

Les négoces de Bourgogne et du Beaujolais fusionnent

Bruno Mallet (Vins Aujoux), Frédéric Drouhin (Joseph Drouhin), Pierre Gernelle (directeur de l'Union) et Albéric Bichot (Albert Bichot).
Bruno Mallet (Vins Aujoux), Frédéric Drouhin (Joseph Drouhin), Pierre Gernelle (directeur de l'Union) et Albéric Bichot (Albert Bichot).

Les syndicats de négoce de Bourgogne et du Beaujolais ne font plus qu’un. L’Union des Maisons de Vins de Bourgogne et l’Union des Maisons de Vins du Beaujolais et du Mâconnais ont en effet décidé de fusionner. Le nouvel ensemble se dénomme Union des Maisons de vins de Grande Bourgogne.
La décision a été actée lors d’une assemblée Générale Extraordinaire le 13 décembre à Beaune. « Les vignobles de Bourgogne et du Beaujolais n’ont jamais été aussi proches et, à l’heure où le marché du vin se mondialise, leurs offres produits n’ont jamais été aussi complémentaires. De plus en plus d’opérateurs, à la fois négoce et viticulture, produisent et commercialisent des vins issus de ces deux vignobles », communique les deux syndicats. Frédéric Drouhin assure pour trois ans renouvelables la présidence de cette nouvelle entité.
Aujourd’hui 100 000 hectolitres d’appellations régionales de Bourgogne sont produits dans le Beaujolais (soit 15% de la production du Beaujolais). Ce dernier est également un important pourvoyeur de crémants de Bourgogne (60 000 hectolitres). La naissance, avec le millésime 2011, de l’appellation coteaux bourguignons a jeté une nouvelle passerelle entre les deux régions.
Une fusion entre négoces qui pourrait en préfigurer une autre : Louis-Fabrice Latour, président du Bureau Interprofessionnel des vins de Bourgogne, a fait du rapprochement entre l’Interprofession des vins de Bourgogne et celle du Beaujolais l’une des priorités de  son mandat. L’absence de délimitation précise de l’aire d’appellation Bourgogne dans le Beaujolais (ce travail est en cours) a toutefois entravée cette ambition.
L’Union des Maisons de vins de Grande Bourgogne représente 70 entreprises assurant 66% de la commercialisation des vins de Bourgogne et du Beaujolais. Leur chiffre d’affaires, réalisé dans la région, est estimé à plus d’1,35 milliards d’€. Elles emploient environ 3 000 salariés.

Lire la suite 0 commentaires

"Je suis inquiet pour la Bourgogne ". Jacques Dupont, journaliste (Le Point)

Avec Le Vin et Moi  (Éditions Stock), Jacques Dupont poursuit sa réflexion, l'œil toujours aiguisé voir satirique, sur le monde du vin. Celle-là même qu'il avait engagé dans Choses Bues (2008). Le journaliste et chroniqueur à l'hebdomadaire Le Point nous livre ses réflexions sur la dégustation, les vins "naturels", la pratique du journalisme en milieu vinicole. Mais aussi sur l'avenir de la Bourgogne...  

Lire la suite 9 commentaires

Château de Pommard : « C’est l’endroit pour le faire »

Au sortir des vendanges 2016, le Château de Pommard visait un passage de la moitié de son vignoble en biodynamie l’année prochaine. La décision vient finalement d'être prise de l'appliquer sur la totalité....

Lire la suite 0 commentaires

La famille Blain (Chassagne-Montrachet) à Brouilly

  Les premières bouteilles de côte de Brouilly du domaine Blain Soeur et Frère.
Les premières bouteilles de côte de Brouilly du domaine Blain Soeur et Frère.

La déjà longue liste des Bourguignons ayant mis les pieds dans le Beaujolais s’enrichit d’un nouveau nom. Lucie et Marc-Antonin Blain (vignerons au domaine Blain-Gagnard à Chassagne-Montrachet) présentent leur premier millésime en brouilly et côte de Brouilly. Ils ont en effet acheté en famille plusieurs parcelles plantées de vieilles vignes sur les pentes du mont Brouilly en 2014. Le domaine Blain Sœur et Frère totalise 6 hectares de gamay, des vignes de plus de 50 ans, et donne 3 cuvées distinctes en fonction de leur altitude sur le mont : un brouilly et deux côte de Brouilly : « Pierre Bleue» et « Les Jumeaux ». Le vignoble appartenait à une amie de la grand-mère de Marc-Antonin et Lucie Blain dont les enfants ne souhaitaient pas reprendre l’exploitation.
Côte de Beaune et Mont Brouilly, deux univers a priori bien différents. Pas tant que tant que ça selon Lucie et Marc-Antonin Blain. « Nous dégustons des vins du Beaujolais depuis longtemps en famille. Mes grands-parents en servaient fréquemment à table ». Marc-Antonin n’a pas hésité longtemps : « J’ai toujours adoré vinifier des vins rouges ». L’âge de vignes et le potentiel de ce terroir ont fini de le convaincre.   
Les vins sont élaborés « à la Bourguignonne » quant à la durée de cuvaison (3 semaines) et mais en grappe entière pour ce premier millésime (2014 donc). L’élevage s’est poursuivi en cuves bois. Les cuvées sont vendues de 8,30 et 15,20 € (prix départ cave).


Domaine Blain sœur et frère – 481, route des hauts de Chavannes - 69430 Quincié en Beaujolais – Tel. 03 80 20 62 52 – blainsoeuretfrere@gmail.com


Côte de Brouilly : « Pierre Bleue» - 15 sur 20
Une note toastée-grillée marque le premier nez et laisse place rapidement à de arômes de fruits rouges frais. La bouche est bien équilibrée, harmonieuse, d’une concentration moyenne mais présentant une matière élégante. Un joli cru sur le registre de la fraîcheur.
12,40 €

 

Côte de Brouilly « Les Jumeaux » - 16,5 sur 20
La robe est profonde et le nez développe une plus grande intensité que la cuvée « Pierre Bleues ». Les arômes toastés sont également de la partie mais des notes de fruits noirs donnent sans attendre le change. La bouche se montre charnue, gourmande, tout en gardant un caractère très digeste. Une réussite.
15,20 €

Lire la suite 0 commentaires

Le domaine Pierre Ravaut est né

Pierre Ravaut vigneron à Ladoix-Serrigny. LG
Pierre Ravaut vigneron à Ladoix-Serrigny s'est installé sur 7 hectares. LG

Domaines Ravaut s’écrit désormais au pluriel. La famille Ravaut compte en effet deux domaines distincts depuis le millésime 2016. Un virage pour un nom de référence sur la colline de Corton. Pierre Ravaut, 40 ans, a quitté le domaine Gaston et Pierre Ravaut (Ladoix-Serrigny) pour créer sa propre exploitation en août dernier. Elle porte tout simplement le nom de son fondateur : Domaine Pierre Ravaut. « Je souhaitais revenir à une exploitation plus petite pour être plus proche des vignes et des vins. Dans un domaine d’une vingtaine d’hectares on est rapidement accaparé par le travail administratif et commercial », explique le vigneron. Il emmène avec lui 7 ha de vignes sur les 19 que comptait le domaine familial originel. Son épouse Anne-Sophie est en charge de l'administration du nouveau domaine. Quant au frère de Pierre, Vincent, il reprend seul les rennes du domaine Gaston et Pierre Ravaut avec 12 hectares. La séparation entre les deux frères s’est effectuée en bonne intelligence.
Les 2016 sont bien réussis avec notamment un côte de Nuits-villages, des ladoix premiers crus, un aloxe-corton Les Chaillots vieilles vignes et un corton-charlemagne prometteurs.

Les principales appellations du Domaine Pierre Ravaut :

Rouges :


Côte de Nuits Villages
Vosne-Romanée
Ladoix et Ladoix premiers crus
Aloxe-Corton et Aloxe-Corton premiers crus
Corton (sur le climat Les Maréchaudes)

Blancs :


Ladoix
Puligny-Montrachet
Corton-Charlemagne

2, route de Beaune – Clos Royer – Cidex 27 – 21550 Ladoix-Serrigny – Tél. 03 80 21 42 32 – contact@pierre-ravaut.fr

Lire la suite 0 commentaires

Le domaine Antonin Guyon en bio certifiée

Les vendanges 2016 au Domaine Antonin Guyon (colline de Corton vue depuis Pernand-Vergelesses).
Les vendanges 2016 au domaine Antonin Guyon (colline de Corton vue depuis Pernand-Vergelesses).

L’ensemble du domaine Antonin Guyon (Savigny-lès-Beaune) est désormais cultivé en bio. Le millésime 2016 a marqué la deuxième année de certification des 46 hectares de l’exploitation. Le domaine pourra donc se prévaloir d’une certification bio dès le millésime 2017 (trois années de conversion sont nécessaires).
« Nous étions en approche bio depuis une quinzaine d’années, nous avons arrêté totalement les herbicides à cette période*, c’est donc un prolongement logique. La certification nous oblige à ne pas déroger aux règles que nous nous sommes fixés », expose Dominique Guyon à la tête du domaine. Ce dernier souligne qu’il s’agit avant tout d’un choix philosophique : « Je ne sais pas encore si nous mettrons le logo de l’agriculture biologique sur les contre-étiquettes ».


Les vignes du domaine Guyon s'étendent de Gevrey-Chambertin à Puligny-Montrachet en passant par Chambolle-Musigny, Savigny-les-Beaune, Aloxe-Corton, Meursault et Volnay. Par ailleurs, Dominique Guyon a décidé de mettre en avant une nouvelle cuvée en individualisant un climat qualitatif de Gevrey-Chambertin : Les Carougeots (tout au nord de l'appellation).

 

* Certaines parcelles, dont le Corton Clos du Roy, sont labourées au cheval.

Lire la suite 3 commentaires

Le Château de Marsannay en grand cru échezeaux

Château de Marsannay ajoute un quatrième grand cru à sa gamme. LG
Château de Marsannay ajoute un quatrième grand cru à sa gamme. LG

Le Château de Marsannay a repris deux ouvrées de vignes dans le grand cru échezeaux en Côte de Nuits. Soit environ 8,5 ares qui ajoutent surtout un quatrième grand cru à la gamme du Château après le clos de Vougeot, le chambertin et le ruchottes-chambertin. La vigne se situe dans le lieu-dit En Orveaux, contre le musigny.   
Repris en 2012 par la famille Halley (fondatrice du groupe Promodès), le Château de Marsannay compte un total de 40 hectares de vignes. C’est Stéphane Follin-Arbelet, originaire d'une famille vigneronne d'Aloxe-Corton qui en est à la tête. Il dirige aussi le Château de Meursault (lire notre compte-rendu de dégustation des 2014 ici) repris également il y a 4 ans. Olivier Halley a impulsé des orientations qualitatives fortes pour ces deux châteaux et poursuit donc ses investissements après avoir déjà injecté plusieurs millions d'euros.

 

> Le site du Château de Marsannay

Lire la suite 0 commentaires

« Le vin doit rester transgressif », Aurélie Labruyère - Julien Gacon.

Auteurs d’un ouvrage qui décortique l’ADN de 80 vins (Pourquoi est-ce un chef d’œuvre ? - Édition Eyrolles), Aurélie Labruyère et Julien Gacon nous invitent dans les coulisses des terroirs de France et d’ailleurs. Une vision éclectique qui convoque les valeurs esthétiques et émotionnelles des vins, du plus prestigieux aux plus communs…

Lire la suite 2 commentaires

Cité des vins de Beaune : on votera le 19 décembre

La Cité des vins de Beaune sera-t-elle une victime collatérale de la faible récolte 2016 en Bourgogne ? La question s’est posée au printemps dernier. Elle ne sera définitivement tranchée que le 19 décembre prochain par référendum.

Lire la suite 2 commentaires

Jeunes Talents 2016 : Et les lauréats sont…

Les Trophées Jeunes Talents du GJPV récompensent des producteurs de moins de 40 ans. LG
Les Trophées Jeunes Talents du GJPV récompensent des producteurs de moins de 40 ans. LG

Le Groupe des jeunes professionnels de la vigne (GJPV) a désigné ses "Jeunes Talents" 2016 le 18 novembre dernier. Ces trophées couronnent un jeune producteur dans chacun des vignobles de Bourgogne et du Beaujolais après dégustation à l'aveugle. Outre la qualité de chaque vin, c'est la cohérence de gamme, sur trois cuvées de niveaux d'appellations différents, qui est récompensée. L’événement était parrainé par Carole Colin du restaurant Les Climats, étoilé Michelin à Paris et Christian Martray du site ventealapropriété.com. C'était la 28ème édition de cet évènement. Les lauréats sont :

 

Chablis et Auxerrois
Arnaud Lavantureux (Domaine Roland Lavantureux à Lignorelles )
> Site internet

Mâconnais
Charles Edouard Drouin (Domaine Thierry Drouin à Vergisson)
> Site internet

Côte Chalonnaise
François Berthenet (Domaine Berthenet à Montagny-lès-Buxy)
> Site internet


Côte de Beaune
Sébastien Magnien (Domaine Sébastien Magnien à Meursault)


Beaujolais
Frédéric Berne (Château des Vergers à Lantignié)
> Site internet

Côte de Nuits
Jérôme Castagnier (Domaine Castagnier à Morey-Saint-Denis)

Lire la suite 0 commentaires

Comprendre les vins de Bourgogne en 100 questions

Pour jouer ou apprendre, le Code du permis de Bourogne est disponible en kiosques.
Pour jouer ou apprendre, le Code du permis de Bourogne est disponible en kiosques.

« Un simple micro-trottoir donne la mesure du chemin qu’il reste à parcourir, y compris ( voir surtout) en Bourgogne, pour que le minimum de la connaissance en la matière soit accessible au plus grand nombre. Combien de touriste en visite dans la région (…) se trouvent désemparés face à l’ignorance d’un professionnel de la restauration ou du tourisme ? », s’indigne Dominique Bruillot et Jacky Rigaux dans l’avant-propos du Code du Permis de Bourgogne. Finies les hésitations, l’ouvrage pose 100 bonnes questions, en une dizaine de thèmes pédagogiques, sur les vins de Bourgogne. Quelques exemples :

 

 

- Quel cépage peu présent en Bourgogne a survécu dans l’appellation irancy dans l’Yonne ?

 

 

- Après l’automne quelle opération majeure permet aux vignerons de maitriser la vigne au profit des raisins ?

 

 

- Qu’est-ce qui différencie essentiellement la fermentation des blancs de la fermentation des rouges ?

 

 

Si vous avez des difficultés à répondre à ces questions, il est temps de (re)passer votre code. Mais pas de maréchaussée ici. L’initiative se veut avant tout ludique.

Dominique Bruillot est éditeur de presse magazine et Jacky Rigaux a écrit de nombreux ouvrages sur les vins de Bourgogne (lire notre récente interview). Au départ cet ouvrage a été conçu comme support de formation en direction des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration bourguignons. Il est d’ailleurs possible de passer ce code pour de vrai (formation agréé par l’Union des métiers et des industries de l'hôtellerie).

 

 

Disponible en kiosques : 9,90 €

 

 

Pour passer la formation :

 

Pour les professionnels : Sonia Michel - sonia.michel@umihformation.fr – 03 80 65 03 07

 

Pour les particuliers : Dominique Bruillot – dbruillot@orange.fr – 06 07 55 60 35

 

Réponses aux questions : le césar, la taille, une température plus basse pour les blancs)

 

Lire la suite 0 commentaires

Quatre nouveaux premiers crus au domaine Heitz-Lochardet

Armand Heitz, jeune vigneron de Chassagne-Montrachet. LG
Armand Heitz, jeune vigneron de Chassagne-Montrachet. LG

Le domaine Heitz-Lochardet vient de s’étoffer de quatre nouveaux premiers crus sur l’appellation Chassagne-Montrachet. Trois dans le sud du village : Tête de Clos, Francemont et Petit Clos et un quatrième dans le nord de l’AOC : Chenevottes. A noter que Francemont est planté en pinot noir, les trois autres étant voués à la production de blancs. De nouvelles références qui viennent élargir une gamme qui avait déjà fière allure : Chevalier-Montrachet, Pommard Rugiens, Meursault Perrières, etc.
Une satisfaction inattendue pour Armand Heitz, jeune vigneron, installé en 2013 (lire notre dégustation) : « Ces vignes appartiennent à ma tante, le métayer qui s’en occupait a décidé de stopper son activité l’été dernier. Ma tante dont le souhait est de reconstituer le domaine tel qu’elle l’a connu quand son père et son grand-père l’exploitait me le a naturellement confiées ». Ces nouvelles parcelles totalisent une superficie d’un peu plus d’un hectare. Le domaine Heitz-Lochardet passe ainsi à 8 hectares. De nouvelles plantations en appellation régionale sont prévues en 2017.

24 Rue Charles Paquelin - 21190 Chassagne-Montrachet - Tél. 03 80 21 33 19

 

Lire la suite 0 commentaires

Hospices de Beaune : vers un tassement des prix ?

Une petite récolte en route vers de nouveaux records de prix ? Rien n'est moins sûr avec ce millésime 2016.  Un total 596 pièces (fûts de 228 litres) sera tout de même mis en vente le 20 novembre prochain aux Hospices de Beaune. C'est plus que les quatre derniers millésimes mais bien moins que le potentiel maximal du domaine des Hospices (1 100 pièces) !
La faiblesse des volumes disponibles ont expliqué une partie des accès de fièvre enregistrés lors des dernières éditions. Avec un peu plus de vin à la vente cette année, le thermomètre a logiquement moins de risque de s'emballer. D’autant que le millésime 2016 n’a pas l’aura dont a disposé 2015 dès sa naissance. Le contexte post-attentat a été aussi largement encouragé les prix records constatés (+28%) l’an dernier (lire ici).

Le contexte international incertain (Brexit, élections américaines) fait cette année planer quelques doutes sur la présence enthousiaste des acheteurs en provenance des deux principaux marchés des vins de Bourgogne.
Les Hospices de Beaune peuvent-ils enchainer une cinquième hausse de suite (la 10e lors des 12 dernières éditions) dans ces conditions ? Rares sont les paris dans ce sens.
Réponse le 20 novembre à partir de 14h30 sous la halle de Beaune.

 

> Lire notre palmarès 2016 des cuvées après dégustation.

Lire la suite 0 commentaires

Chic et théâtrale, la famille Boisset ouvre sa « Maison »

L'entrée de "La Maison" une vision haut de gamme de l'oentourisme selon la famille Boisset. LG
L'entrée de "La Maison", une vision haut de gamme de l'oentourisme selon la famille Boisset. LG

La famille Boisset vient d’ouvrir un site d’œnotourisme original : « La Maison » à Vougeot. Une bâtisse vigneronne située à deux pas du Château du Clos Vougeot revisitée par le décorateur Jacques Garcia. L’ensemble permet de déambuler dans des pièces conçues pour mettre en valeur les vins du domaine de la Vougeraie, de la maison Jean-Claude Boisset et de la marque « JCB by Jean-Charles Boisset ». On y trouve ainsi la Chambre du vigneron, le Boudoir, la Bibliothèque, le Cabinet de Curiosités, etc.
Le visiteur passe donc d’une vieille chambre paysanne meublée comme elle devait l’être il y a 150 ans à l’univers Hype de la marque de Jean-Charles Boisset : des crémants de Bourgogne habillés de noir et d’or, inspiré par l’expérience californienne du fils du fondateur. Même les photos de famille, en noir et blanc ou sépia, sont aux murs…
L’entrée, à partir de 25 €, permet d’avoir accès à une gamme de vins servis au verre par des machines enomatic à déguster en se laissant inspirer des différentes ambiances.

Lire la suite 0 commentaires

La Cave de Lugny s’ouvre sous le signe de la bulle

La Cave de Lugny, premier producteur de vins de Bourgogne, ouvre ses portes les 5 et 6 novembre prochains. Elle mettra l’accent sur les Crémants de Bourgogne à travers un parcours pédagogique et une expérience sensorielle sur le Crémant de Bourgogne.
Les visiteurs pourront découvrir le site de manière originale grâce à une mise en lumière sonorisée : cuverie, caveau et autres installations dédiées aux effervescents. La chaîne de dégorgement (étape finale avant le conditionnement définitif) sera exceptionnellement mise en route de 14 à 16 h.
Une visite ponctuée de dégustation des Crémants de la cave (blanc de blancs, blanc de noirs, millésimé, rosé). Lors de ce week-end la Cave valorisera également des produits gastronomiques locaux.
La Cave de Lugny est à l’origine de 6% de la production totale de Bourgogne. Elle exploite 1 366 ha de vignes dont 1 180 plantées en chardonnay.

 

Informations pratiques : de 9h à 18h les 5 et 6 novembre


Entrée libre – Dégustations offertes– Verre sérigraphié offert


995 rue des Charmes - 71260 Lugny


Site internet : www.cave-lugny.com

Lire la suite 0 commentaires

Le plus petit millésime depuis 13 ans

Chardonnay 2016 en provenance de Meursault. LG
Chardonnay 2016 en provenance de Meursault. LG

2016 va s’inscrire parmi les 3 millésimes les moins productifs de ces 30 dernières années. Il faut en effet remonter aux millésimes 2003 (1,1 million d’hectolitre) ou 1991 pour trouver trace d’une récolte aussi faible en volume. L’Interprofession des vins de Bourgogne (BIVB) estime la récolte  à 1,15 million d’hectolitres (la moyenne décennale est de 1,5 million). Pour autant les discours catastrophistes entendus dans le vignoble sont moins alarmistes qu’au printemps.  « -30%, ça se surmonte, c’est plutôt un soulagement car en juin, on craignait de faire moins d’un million d’hectolitres et de faire un mauvais vin », précise Louis-Fabrice Latour président du BIVB.
Ce chiffre total cache de très fortes disparités. « Nous sommes à -75% sur nos chablis. Toute une partie de la cuverie est totalement vide », soupire Nathalie Fèvre (Domaine Nathalie et Gilles Fèvre à Fontenay-près-Chablis). Dans le même temps des vignerons de secteurs de la Côte de Nuits (Vosne-Romanée, Morey-Saint-Denis, etc.) ou de la Côte chalonnaise s’excusent presque d’avoir « fait le plein ». Certains confessent à demi-mot réaliser leurs vendanges les plus prolifiques depuis 1999… Y compris dans des domaines en culture bio ou en biodynamie. Le tout en obtenant des maturités élevés : au-dessus de 13,5° pour les dernières cuvées récoltées. Août et septembre ont fait beaucoup de bien.
Pour autant le relâchement, ou le découragement, engendré par les accidents climatiques (pas ou peu d’ébourgeonnage dans certaines parcelles donnant lieu à des rendements localement élevés), pèsera sur la qualité globale du millésime. 
Guy Sarrazin (Domaine Sarrazin à Givry) fait partie des vignerons comblés par 2016, tant sur le plan de la quantité que de la qualité : « Les vins seront meilleurs encore qu’en 2015. Du niveau de 1999 ou 2009 ». De là à écrire que le millésime 2016 verra se côtoyer le meilleur comme le pire, il y a un pas que quelques mois d’élevages et de dégustations pourrait suffire à sauter. 

Lire la suite 0 commentaires

Vincent Bottreau au Domaine d’Ardhuy

Le domaine d’Ardhuy (Corgoloin) vient de recruter son nouveau vinificateur : Vincent Bottreau. Il prendra ses fonctions début décembre en remplacement de Carel Voorhuis partant pour la maison Camille Giroud (Beaune).
Vincent Bottreau est le vinificateur de la maison Bouchard Aîné & Fils (groupe Boisset) depuis 2014. Ingénieur en télécommunications avant de s’orienter vers l’œnologie (brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole à Beaune puis diplôme national d'œnologue à Dijon), ce dernier a connu de nombreuses expériences en Bourgogne (domaines Cécile Tremblay, Clos de Tart, David Clark, caves coopératives de Lugny et La Chablisienne), ainsi qu'en Afrique du Sud (Seidelberg Wine Estate de Paarl).

« Vincent Bottreau nous apportera son énergie, son regard neuf, sa volonté de réussir pour faire encore progresser le domaine. L’occasion pour nous de réaffirmer nos convictions familiales portées par l’amour de la Bourgogne : expression des terroirs, respect de l’environnement, et notre ambition pour notre domaine familial », expose Mireille d’Ardhuy-Santiard à la tête du domaine.
Le domaine d’Ardhuy compte 38 hectares de vignes, cultivés en biodynamie, de Gevrey-Chambertin à Puligny-Montrachet dont 6 grands crus.

 

Lire la suite 0 commentaires

Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.