Nouveau record aux Hospices de Beaune

Les années se suivent et les records tombent les uns après les autres à la vente des Hospices de Beaune. Le chiffre d’affaires atteint près de 14 millions d’euros cette année. Le millésime 2018 a conquis les acheteurs.

Toujours plus haut ! La ventes de Hospices de Beaune bat encore des records. LG
Toujours plus haut ! La ventes de Hospices de Beaune bat encore des records. LG

Les chiffres donnent le tournis aux Hospices de Beaune. Il y a tout juste dix ans la vente aux enchères des Hospices rapportait 2,8 millions d’euros. Un chiffre à majorer de plus de 11 millions aujourd’hui pour obtenir le chiffre d’affaires actuel. Une incroyable progression qui a vu les prix des vins de l’hôpital beaunois augmenter sans discontinuer lors des dernières dix éditions à l’exception de 2011.

 

Le ton a été rapidement donné avec le premier grand cru de la vente le Clos de la Roche adjugé 110 000 € contre 80 000 l'an dernier. Plus tard, la palme revenait au chablis 1er cru Côte de Léchet, cuvée Jean Marc Brocard, avec + 70% ! La pièce s'était vendue à 8500 € en moyenne l'an dernier, les futs de 2018 ont atteint un prix moyen de 14 500 € cette année… La qualité du millésime a été saluée.

 

Volume important (un total de 828 pièces mis aux enchères soit le plus haut depuis 1973) et hausse des prix des vins, la logique a donc abouti à une envolée du chiffre final.

 

Avec une progression de 19% du prix moyen des vins, cette vente est donc la confirmation du pouvoir d’attraction exceptionnel des grands vins de Bourgogne. Elle n’est pas sans poser question sur l’image d’inaccessibilité qui pourrait se renforcer parmi les consommateurs. Dans les rangs des négociants on va donc s’efforcer de faire passer le message que les Hospices de Beaune sont une vente de charité avant tout et non pas le baromètre de la région. Il y a du vin en cave, avec ces deux derniers millésimes productifs, c’est une donne nouvelle par rapport à ce qu’a connu la région depuis le début de la décennie. De quoi satisfaire la demande sans tensions excessives sur les prix. Sauf peut-être dans le haut de la gamme…  

 

 

 

Les pièces de charité adjugée 230 000 €

 

Alaor Pereira Lino, originaire de Sao Paulo (Brésil) et partenaire de la société Anima Vinum, a acquis le lot de charité  200 000 €. Albéric Bichot (maison Albert Bichot) et l'un de ses clients québécois, Daniel Tangay, ont complété les enchères de 30 000 €. Les fonds récoltés seront versés à l’Institut Pasteur, soutenu par Nathalie Baye et Erick Orsenna, à ASMAE qui poursuit l’action de Sœur Emmanuelle pour les enfants défavorisés (parrainée par l’acteur Pascal Elbé) et à BAB, association qui œuvre pour les enfants malades et leurs proches à l’hôpital Trousseau (représentée par l’actrice Emmanuelle Béart).

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0