Denis Mortet : dix ans après

Il y a dix ans Arnaud Mortet prenait la suite de son père Denis, brutalement décédé (janvier 2006). Une transition sans préavis, d’un père qui a été l’une des figures emblématiques de la Côte de Nuits dans les années 1990-2000.

Avec ses cuvées concentrées, fortement boisées et très colorées, les vins du domaine Denis Mortet ne laissaient pas indifférents. Tout comme la personnalité perfectionniste et tourmentée du vigneron de Gevrey-Chambertin.
Tout en conservant la grande exigence paternelle dans la conduite des vignes, Arnaud Mortet a fait évoluer le style des vins du domaine vers plus d’élégance, en prônant notamment une approche de la vinification moins systématique, plus à l’écoute des caractéristiques du millésime et de la diversité des terroirs.
Cuvaisons  moins longues, pourcentage de fût neuf revu à la baisse, apport de vendanges entières, etc., autant de petites touches distillées par le jeune vigneron.  
Verre en main, All About Burgundy revient sur cette décennie avec une cuvée parmi les plus représentatives du domaine : le gevrey-chambertin premier cru Lavaux Saint-Jacques.

2006 – 16,5 sur 20
Le premier millésime qu’Arnaud Mortet aura signé de bout en bout. Peu de changement par rapport à ce que pratiquait son père. Le 100% fût est de mise ici. La robe ne montre aucun signe flagrant d’évolution et le nez se déploie avec une belle spontanéité sur des notes d’épices, de fruit légèrement confit. Une petite touche animale, qui évoque davantage de la réduction que de l’oxydation est également perceptible. Les tannins sont là, structurant une bouche harmonieuse, longue et réglissée. Les meilleures années de ce vin sont sans doute encore devant lui…  

 

2009 - 16 sur 20
C’est le dernier millésime s’inscrivant en droite ligne des vins paternels. On retrouve un caractère épicé, et même fumé, assez prononcé. Le fruit est un peu en retrait alors que c’est généralement le point fort de ce millésime d’une grande générosité. La bouche est charnue, ronde, parfaitement équilibrée par une petite pointe de vivacité. Seule la longueur semble un peu moins démonstrative.  « C’est un terroir qui réussit particulièrement bien les années chaudes », souligne Arnaud Mortet.

 

2010 – 18,5 sur 20
Une première indication : la proportion de fût neuf a été rabaissée à 80%. Est-ce le charme de ce millésime d’une grande pureté aromatique ou la moindre présence de bois neuf…  Le constat est net : le nez est de loin le plus délicat, subtil de vins dégustés jusque-là. Il évoque la cerise fraiche, la menthe sur un profil très enjôleur. La bouche s’inscrit parfaitement dans la lignée de cette perception olfactive. La texture enrobe le palais avec une grande cohérence laissant une sensation croquante sur un profil de tannins élancés. Un pinot noir de grande classe. « C’est un cépage qui ne se récolte pas en surmaturité. Il faut que le raisin reste ferme », précise Arnaud Mortet.  

 

Arnaud Mortet à la tête du domaine Denis Mortet depuis 2006. LG
Arnaud Mortet à la tête du domaine Denis Mortet depuis 2006. LG

2011 – 16 sur 20
Le pourcentage de fût neuf a été cette fois ramené à 70%. Une option qui a porté ses fruits sur ce millésime qui joue davantage sur son caractère flatteur, sur le fruit, que sur une matière concentrée. Le vin se distingue par sa grande suavité en bouche. Des tannins veloutés viennent caresser le palais. Le profil précoce du millésime (les vendanges ont débuté toute fin août au domaine) ne se dément pas. Cette cuvée donne l’impression de croquer dans un fruit mûri en plein été.

2012 – 17 sur 20
L’un des millésimes préférés d’Arnaud Mortet sur cette décennie. « Les raisins étaient vraiment magnifiques », se souvient le vigneron. C’est effectivement celui qui affiche la plus grande densité. Le milieu de bouche est particulièrement ample.  C’est aussi le vin le moins épanoui sur le plan aromatique. Il semble en boule. Une bouteille à oublier pendant encore 5 ans minimum en cave. « Ca va être quelque chose sur la durée. J’en suis sûr », pronostique Arnaud Mortet.

2013 - 15 sur 20
« Nous avons levé le pied sur les extractions, raccourci les vinifications. J’essaie de m’adapter davantage au profil du millésime et de ne pas appliquer une recette toute faite », expose Arnaud Mortet. 2013 est une excellente démonstration de cette approche.  Les cuvaisons ont été raccourcies à 18 jours, contre 25 par exemple pour le millésime 2006. « Plus ça va, plus je raccourcis la période de macération à froid (ndlr : avant la fermentation). En 2013, j’ai préféré avoir un vin avec un peu moins de matière mais rester sur de belles expressions aromatiques. Le risque était de faire des vins végétaux », explique le vigneron. Le nez fait preuve de beaucoup d’élégance sur des notes de pivoine, violette. La structure est assez souple, pour donner un vin à boire sans attendre 10 ans.

2014 – 17,5 sur 20
La très belle surprise de la série. Un vin mis en bouteille il y a un mois (avril). « C’est un millésime que je pense avoir bien cerné, se félicite le vigneron. Le pourcentage de vendanges entières (raisins non-égrappés) est montée entre 30 et 40%. » Le nez, entêtant, évoque la rose, la cerise fraiche. La structure est dense, construite sur des tannins bien définis. Un grand vin de plaisir, déjà expressif mais qui saura vieillir harmonieusement.  Arnaud Mortet le place dans son trio préféré avec 2010 et 2012.

 


Lavaux Saint-Jacques : une personnalité  bien affirmée

Cliquez sur la carte de Gevrey-Chambertin pour la voir en entier.
Cliquez sur la carte de Gevrey-Chambertin pour la voir en entier.

Le domaine exploite 1, 20 hectare dans ce climat (9,53 ha au total) en 5 parcelles. « Elles sont réparties sur divers secteurs du climat et chacune court de haut en bas. Notre cuvée donne une photographie précise de ce terroir », note Arnaud Mortet. Le secteur, à la sortie de la Combe Lavaux, est réputé pour être frais. Arnaud Mortet le confirme : « Ce sont les vignes que nous vendangeons en dernier et les raisins n’atteignent jamais des maturités extrêmes. En 2015, nous étions à 12,7° potentiels».
Les vins fermes dans leur jeunesse montrent une excellente capacité de vieillissement. « Avec le Chambertin et le Clos Vougeot, il fait partie des grands vins de garde du domaine », précise Arnaud Mortet.

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.