Pesticides : tensions dans le Mâconnais

Menaces de mort, témoignages de soutien et conférence de presse... Alors que la vigne reprend doucement son cycle, les esprits s'échauffent au sujet des pesticides dans le Mâconnais. Le sujet est pris très au sérieux par les viticulteurs. Comme par les habitants de la région...

Les images de cartes postales cachent parfois une difficile cohabitation... Les Roches de Solutré et de Vergisson. LG
Les images de cartes postales cachent parfois une difficile cohabitation... Les Roches de Solutré et de Vergisson. LG

Une cartouche de fusil de chasse et des menaces de mort. C’est ce qu’a découvert Jérôme Chevalier, président de l’Union des Producteurs de Vins Mâcon (UPVM) dans une enveloppe à son domicile le 18 mai dernier. L'auteur(e), anonyme faut-il le préciser, a demandé l’arrêt de l'usage des produits phytosanitaires, " s'il n'y a pas de réaction, alors il y aura des victimes chez les viticulteurs", précisait le courrier.
Une plainte a été déposée et l’affaire n’en est pas restée là. Les acteurs de la filière ont souhaité lui donner un retentissement particulier. Au cours d’une conférence de presse, le 31 mai, Jérôme Chevalier a reçu publiquement le soutien des politiques (maire de Mâcon, président du département, vice-président de la région) et du préfet.
Marc Sangoy, vice-Président des producteurs du Mâconnais a rappelé qu’une prise de conscience générale a eu lieu ces 20 dernières années pour « limiter l’impact des traitements sur l’environnement et les riverains ». Il a également  égrené les différentes mesures prises dans ce sens. Celles-ci n’ont visiblement pas suffi à prévenir les inquiétudes et les tensions sur le sujet. En témoigne la création d’un « collectif Mâconnais pesticides et santé » le mois dernier (qui a fermement condamné les menaces à l’encontre de Jérôme Chevalier). Son but est d’obtenir une meilleure protection des enfants dans les lieux sensibles (écoles, crêche, etc .) vis-à-vis des traitements phytosanitaires.
Le constat s'impose : la pression sociétale est de plus en plus forte sur l’emploi des pesticides. L’émission Cash investigation de février dernier en apporté une nouvelle preuve.

 

Rappel à la réglementation

Jérôme Chevalier, président de l’Union des Producteurs de Vins Mâcon. LG
Jérôme Chevalier, président de l’Union des Producteurs de Vins Mâcon. LG

Bernard Lacour, président de la fédération des exploitants agricole de Saône et Loire,  a déploré un contexte de « dégradation du vivre ensemble dans nos territoires autour de l’activité agricole ». « Nos professions agricoles ont un besoin permanent de communication, d’expliquer notre travail, ces évolutions (…).Il faut nous adapter au mieux aux attentes des consommateurs et de la société ».
De son côté, Jérôme Chevalier n’a d’ailleurs pas hésité à condamner les pratiques de certains viticulteurs « qui font n’importe quoi » tout en affichant sa détermination à les remettre dans le droit chemin.
Le préfet de région n’a pas manqué de repréciser les règles : « La réglementation précise bien, quel que soit les produits utilisés, que des mesures de précaution, de protection, doivent être prises à proximité d’établissements sensibles. A défaut l’autorité administrative, en l’occurrence le préfet, peut être amenée à prendre des arrêtés interdisant la diffusion de produits phytopharmaceutiques à proximité des établissements. »
Chacun avait en tête l’arrêté mis en place en Gironde, en mars dernier, interdisant la pulvérisation à proximité des établissements à certains créneaux horaires en fonction du type d’équipement utilisé par les viticulteurs (dans un rayon de 50 mètres à 5 mètres). Le préfet n’exclut pas de prendre un arrêté de ce type. Pour l’instant l’autodiscipline est l’approche privilégiée. Le préfet et les viticulteurs travaillent sur une charte. Le texte doit servir de base pour mener une concertation locale impliquant les maires.  « Si localement des mesures n’étaient pas respectés, on s’orientera vers des mesures draconiennes notamment un arrêté de prescription.  Explication et communication ne portent dans la durée que si les actes sont en cohérence avec les discours », a prévenu le préfet. Les prochaines semaines feront donc office de test grandeur nature…

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    quato (samedi, 04 juin 2016 12:03)

    quel poison ces enfants,ça pleurniche,ça fait du bruit et ça empêche les viticulteurs de se suicider.

  • #2

    armandall (samedi, 04 juin 2016 12:13)

    Même si la réaction des anti pesticides est hors de proportion, elle montre bien que cette question est au centre des préoccupations de beaucoup, des riverains certes, mais aussi des consommateurs qui ne savent pas vraiment le niveau des produits potentiellement dangereux dans le vin. Pas étonnant que le bio ait le vent en poupe. les viticulteurs traditionnels devraient en tirer les leçons.

  • #3

    Dominique (mardi, 07 juin 2016 11:10)

    Il est vrai que la réaction des anti-pesticide est disproportionnée, mais l'année dernière encore, un viticulteur de Viré à traité ses vignes à proximité de l'école, et ce, un peu avant la récréation. Face à de tels actes dépourvus de réflexion, il est normal que les riverains souhaitent un aménagement des traitements. La question des pesticides est en effet au centre des préoccupations, pour le consommateur aussi, mais j'aimerais insister aussi sur la prévention des ouvriers viticoles sur l'utilisation de produits phyto, ou leur exposition à ses produits dans les vignes, a t-on mis les TOUT moyens en place pour les protéger ?

Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.