Les blancs battent un nouveau record

Malgré une image encore très rouge, la Bourgogne est de plus en plus blanche (près de 65 % de la production). Le millésime 2015 confirme cette tendance lourde. Et cela ne va pas s'en poser quelques questions...

Une grappe de chardonnay en Côte de Beaune. LG
Une grappe de chardonnay en Côte de Beaune. LG

Plus de 6 bouteilles de bourgogne sur 10 du millésime 2015 seront blanches (64,3 %). Un nouveau record pour le vignoble bourguignon. La production de blancs est en hausse de 3 % par rapport à 2014.  Dans le même temps, la part des rouges atteint péniblement le quart (25,6%). Le reste étant représenté par la production de crémant de Bourgogne (source : Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne).
Le phénomène de « blanchiment » de la Bourgogne se confirme donc.
Si la région continue d’avoir une image rouge chez beaucoup de consommateurs de vin, français en particulier, les valeurs montantes, en termes de volume, sont toutes blanches. Au sud, les crus du Mâconnais comme Pouilly-Fuissé, Saint-Véran. Au nord Chablis, bien évidemment.

La Côte de Beaune n'a pas échappé à cette tendance. Symbole de cette évolution : Chassagne-Montrachet. Le revirement de couleur y a été spectaculaire. Au début des années 1980, cette appellation était rouge à près de 70 %. La proportion s'est quasiment inversée en 30 ans. Aujourd'hui, plus près 65 % du vignoble de Chassagne est planté en chardonnay.
Plusieurs facteurs sont particulièrement favorables au cépage blanc : des coûts de production plus faibles (plus de rendements, moins de tri, etc.) mais aussi une demande croissante. Ces dernières décennies, la progression des exportations bourguignonnes a été portée par un trio bien établi : Royaume-Uni, États-Unis, Japon. Autant de pays qui consomment en majorité des bourgognes blancs.

Le chardonnay doit-il crier victoire pour autant ? Pas certain. Depuis quelques années, l'Asie et la Chine en particulier s'entichent de la Bourgogne. Des régions du monde où la demande se porte plutôt sur les rouges.
Si les producteurs bourguignons veulent pouvoir répondre durablement aux évolutions de ces marchés, ils devront y réfléchir à deux fois avant de se jeter un peu plus dans les bras du chardonnay et délaisser leur fameux, mais exigent, pinot noir.


2015 : Une récolte finalement confortable
Après une année 2014 plutôt généreuse, 2015 est finalement un millésime lui aussi productif. On avait craint que les grosses chaleurs de l'été dernier n'aient entamé plus largement le potentiel. Dans un contexte de demande importante (avec hausse des prix à la clé) et de stocks en berne, c'est une bonne nouvelle. La Bourgogne  a enregistré un volume de récolte commercialisable de 1,514 million d’hectolitres selon la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne. Un niveau dans la moyenne quinquennale d’avant les récoltes déficitaires du début des années 2010.


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Coureur de Vin (jeudi, 31 mars 2016 10:06)

    Pour Chassagne-Montrachet l'équation est simple : le blanc permet de produire plus, est plus simple à vinifier, et se vend plus cher.
    Il y a pourtant beaucoup d'excellents terroirs à rouge sur cette appellation (Morgeot, Clos Saint-Jean) mais les vieilles vignes peu productives de rouge sont systématiquement arrachées au profit du blanc.
    Il faudrait une volonté forte de quelques producteurs pour revaloriser la production de rouge de cette appellation. Mais il est probable que d'ici 10 ou 20 ans ça soit 90% de Chassagne qui soit planté en chardonnay.
    D'une certaine façon les producteurs de rouge des autres appellation (Volnay, Pommard, Côte de Nuits...) ne peuvent que s'en réjouir : cela renforce la rareté de leurs rouges... et donc leurs prix.
    Le danger étant que les amateurs de pinot noir, lassés par les prix trop élevés et la trop grande difficulté à se fournir en Bourgogne, se mettent à aller en chercher ailleurs...

  • #2

    Vins Bourgogne (jeudi, 31 mars 2016 15:18)

    Passionnant...de voir que la logique de nouvelles plantations peut s'orienter en fonction de la demande. Au delà de ça, hormis dans les terroirs cités plus haut (Côte de Nuits, Pommard, Volnay...), finalement la majorité des zones d'appellations en Bourgogne ne serait-elle pas plus favorable au Chardonnay ?
    Exemple Mercurey où les blancs sont souvent transformés en pures merveilles

Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.