Hospices de Nuits 2015 : du très haut niveau !

De magnifiques cuvées certes. Mais aussi toute une gamme homogène, sans faiblesse. Si la définition d’une grande année tient en ses quelques mots, alors 2015 en est définitivement une aux Hospices de Nuits.
La dégustation des 18 cuvées du domaine est sans doute  la plus aboutie qu’il nous ait été donné  de réaliser dans les caves de l’institution nuitonne, après plus de 15 ans de fréquentation assidue.

 

La cave du domaine des Hospices de Nuits-Saint-Georges. Laurent Gotti
La cave du domaine des Hospices de Nuits-Saint-Georges. Laurent Gotti

« Déjà pendant les vendanges les caisses de raisins sentaient bon », se souvient Jean-Marc Moron, régisseur du domaine des Hospices de Nuits. 2015 a donné de belles grappes, bien mûres... Ce n’est pas scoop. Toutes les cuvées affichaient plus de 13 degrés potentiels, avec une pointe à 14,5. La véritable gageure était dans la préservation de l’élégance, de la finesse, de la fraîcheur du pinot noir. En quelques mots, se garder de toute surmaturité  qui gomme les nuances des terroirs.
Mission accomplie, le syndrome 2003 a été évité : pas de fruits confits, de pruneau, de bouche brûlante... Mais une précision remarquable sur la plupart des cuvées, des mensurations tout simplement parfaites pour les plus réussies. « Il n’y pas eu besoin de chaptaliser ou d’acidifier, poursuit le régisseur. Le tri a été négligeable : pas de raisins secs ou figués à écarter. Les vignes ont souffert de stress hydrique à la mi-juillet au moment de la véraison mais les pluies de début août ont débloqué la situation. C’est allé très vite ensuite ».

La gamme est donc homogène à l'exception de la cuvée de blanc et de la cuvée de premier cru Corvées Pagets (malo non finies).
Les rendements ont affiché de 38 à 45 hectolitres par hectare. Pas si faibles donc. Mais ce sont les premiers crus, en particulier ceux du sud de l’appellation, qui ont été les moins productifs. Au final 123 pièces seront en vente (contre 134 l’an dernier).


Cette 55ème vente des vins des Hospices de Nuits, le 20 mars prochain au Clos de Vougeot, sera présidée par l’acteur Frédéric Diefenthal  et la pièce de charité vendue au profit de l’association « Un pas vers la vie » qui vient en aide aux parents d'enfants autistes.

 

Dégustation ouverte au public de 14 à 17 h le samedi 19 mars et de 15 à 17h le dimanche 20.


6, rue Henri Challand – 21700 Nuits-Saint-Georges – Tél. 03 80 62 67 00 - www.hospicesdenuits.com

 

Nuits-Saint-Georges premier cru blanc Les Terres Blanches cuvée Pierre de Pême
Deux petites pièces pour l’unique blanc du domaine. Sa fermentation malolactique n’est pas terminée et il présente des notes de fruits secs (noix) prononcées.  Le gras fait défaut en bouche. Difficile à déguster à ce stade. On s’abstiendra donc de le noter. 

Gevrey-Chambertin Les Champs Chenys cuvée "Irène Noblet" –  13 sur 20
Un vin sur la réserve. Le nez montre beaucoup de fraicheur aromatique au nez et une belle tension en bouche. La finale est marquée par une pointe végétale. A revoir.
 
Nuits-saint-georges cuvée Grangier – 16,5 sur 20
« Finalement, à l’analyse, les vins ne présentent pas le profil d’une année particulièrement chaude », confie Jean-Marc Moron. Cela se confirme en dégustation avec cette cuvée de village tonique et construite sur de beaux tannins fins.


Nuits-saint-georges cuvée des Sœurs Hospitalières – 14 sur 20
Les notes de torréfaction dues à l’élevage en fût sont marquées. En bouche, les tannins se montrent anguleux  et la finale persiste sur une note de cassis. Du potentiel mais un peu carré pour être totalement séduisant à ce stade.

 
Nuits-saint-georges cuvée Cuvée Guillaume Labye – 17  sur 20
Un vin d’une remarquable complexité et fraicheur aromatique. Il exprime  des notes de mûre, de framboise. Au palais, la texture tannique déploie son velours avec une grande élégance et beaucoup de longueur. Nous sommes ici sur des terroirs plus en finesse, Les Lavières et Les Bas de Combe, du nord de l’appellation (tirant vers Vosne-Romanée). Cela se ressent dans le verre…


Nuits-saint-georges cuvée Claude Poyen – 17 sur 20
Un peu plus sudiste que la cuvée Labye précédente, les climats Les Saint-Julien et Les Plateaux s’expriment dans un registre très différent. Ils privilégient une expression épicée, poivrée. La bouche est charnue mais construite sur des tannins costauds. Bien dans l’idée que l’on se fait d’un nuits village.


Nuits-saint-georges premier cru Les Vignerondes cuvée Bernarde Delesclache – 15 sur 20
Le premier cru de la série n’impressionne pas par sa puissance ou son opulence. C’est sa finesse aromatique, sur le registre de la framboise et de la violette, qui emporte l’adhésion. La démonstration que le millésime n’a tout pas écrasé sur son passage.     


Nuits-saint-georges premier cru Les Terres Blanches cuvée St Bernard de Citeaux - non noté
Une de rares cuvées dont la fermentation malolactique n’est pas achevée à l’heure de la dégustation. Les arômes fermentaires, se mélangent à des touches épicées. L’ensemble est trop décousu pour être évalué avec un minimum de pertinence.

Nuits-saint-georges premier cru Rue De Chaux cuvée Camille Rodier – 14,5 sur 20
Un premier cru fidèle aux archétypes de son appellation. D’une grande profondeur en bouche, il est surtout structuré par des tannins musclés.  Des notes de torréfactions et d’épices montent aux nez. Un vin brut de décoffrage, dont la suite de l’élevage devrait être bénéfique.  

Nuits-saint-georges premier cru Les Porets cuvée Antide Midan – 15,5 sur 20
D’une jolie expression aromatique sur les fruits noirs à haute maturité, cette cuvée se distingue aussi en bouche par sa densité. Les tannins sont serrés, dense mais aussi croquant. Le millésime et le terroir sont à l’unisson.

   
Nuits-saint-georges premier cru Les Boudots cuvée M. de Boisseaux – 18 sur 20
On a retrouvé la grande classe des Boudots des Hospices de Nuits. A la peine lors des deux derniers millésimes, cette cuvée est un vrai coup de cœur cette année. Des notes toastées s’associent avec bonheur et générosité au caractère floral que l’on rencontre souvent sur ce terroir. Elégance, finesse et profondeur. Difficile d’en demander davantage.


Nuits-saint-georges premier cru Les Murgers Cuvée Guyard de Changey – 16,5 sur 20
D’une expression généreuse, complexe, sur un registre floral et épicé, cette cuvée est aussi d’une remarquable fraicheur en bouche. Tonique, sa texture se prolonge par une finale réglissée. Qui aurait pu croire, au vu de sa météorologie, que 2015 serait capable de donner des vins de cette précision.


Nuits-saint-georges premier cru Les Corvées Pagets cuvée St Laurent  - 15 sur 20
La fermentation malolactique n’est pas terminée et perturbe la dégustation. Pour autant, sa texture laisse percevoir des tannins fins et d’une belle densité. Le potentiel est là.


Nuits-saint-georges premier cru Les Didiers cuvée Cabet – 15 sur 20
 Sans doute la cuvée qui exprime le plus fortement le caractère solaire, opulent du millésime 2015. Des notes de fruits noirs compotés montent au nez. Une texture grasse, enveloppante caresse le palais. La persistance finale est plus moyenne.

Nuits-saint-georges premier cru Les Didiers cuvée Duret – 17 sur 20
Un mélange de vignes de plus de 30 ans et de 60 ans constitue cette deuxième cuvée du climat détenu en monopole par les Hospices de Nuits. Le registre est le même que la cuvée Cabet (jeunes vignes uniquement) mais avec un touche d’élégance et surtout de longueur en plus.


Nuits-saint-georges premier cru Les Didiers cuvée Fagon – 17,5 sur 20
C'est donc la cuvée vieilles vignes des Didiers. Ce n’est pas tant l’âge de la vigne qu’il faut invoquer ici mais la capacité de celle-ci à donner de petites grappes de pinot noir. Une finesse qui « déteint » immanquablement sur la texture veloutée, riche, mais aussi puissante du vin.

 
Nuits-saint-georges premier cru Les Saint Georges cuvée Sires de Vergy - 15,5 sur 20
Un vin fermé sur le plan aromatique. La bouche parle davantage grâce à son assise tannique impressionnante. Une texture à la fois massive mais aussi bien patinée. L’ensemble ne donne qu’un aperçu de son potentiel tant il parait recroquevillé sur lui-même aujourd’hui.

 
Nuits-saint-georges premier cru Les Saint Georges cuvée Georges Faiveley – 19 sur 20
Le millésime 2015 restera dans les annales certainement grâce à ce type de cuvées dotées de tous les atouts pour combler la prochaine génération, et peut-être la suivante encore, d’amateurs de grands vins de Bourgogne. Ce Saint-Georges dégage une forme de plénitude, d’harmonie, qui en fait le souverain de la cave. Le plus étonnant, sur ce millésime, est peut-être sa grande vigueur. Elle soutient l’ensemble et lui donne un surcroit d’éclat. Seul bémol : la production restée limitée. Il n’y en aura pas pour tout le monde… 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.