Domaine Heitz-Lochardet : né sous une bonne étoile

Chevalier-Montrachet, Pommard Rugiens ou encore Meursault Perrières, le domaine Heitz-Lochardet (Chassagne-Montrachet) ne manque pas d’atouts… Il a fait ses premiers pas avec le millésime 2013 sous la conduite d’Armand Heitz. Découverte.

Armand Heitz a repris le domaine familial Heitz-Lochardet à partir de 2012. Laurent Gotti.
Armand Heitz a repris le domaine familial Heitz-Lochardet à partir de 2012. Laurent Gotti.

Le jeune homme de 28 ans, veste et chemise bien ajustées, reçoit dans la maison familiale cossue du centre de Chassagne-Montrachet. Armand Heitz met les formes pour recevoir. Là son arrière-grand-père, Georges Lochardet, a établi son domaine de 20 hectares au début du XXe siècle. Ce dernier possédait alors des vignes de Santenay jusqu’au Clos de Vougeot. Au fils des transmissions successives, l’exploitation s’est immanquablement émiettée (on retrouve certains de ces vignobles au domaine Ballot-Millot et chez Vincent Dancer, cousins éloignés d’Armand Heitz). Les vignes de la famille Heitz-Lochardet ont, quant à elles, été confiées en métayage à des vignerons locaux. Mais à la fin des années 1980, Brigitte et Christian Heitz, parents d’Armand, décident de créer un domaine. Ils font appel à la maison Joseph Drouhin comme prestataire de services. Leur objectif : permettre à leur fils de reprendre l’exploitation, si une vocation devait naitre. « J’avais 10 ans. A l’époque je voulais devenir skipper. Mais en Bourgogne, c’était difficile… », plaisante Armand Heitz. Il décide d’étudier l’œnologie à Changins en Suisse. Il fait ses gammes chez les frères Dutruy (en Suisse toujours) et au Château Brane-Cantenac (Margaux). De retour en Bourgogne en 2012, il s’essaie sur des parcelles de Bourgogne pinot noir et chardonnay. En 2013, il exploite cinq appellations (Chevalier-Montrachet, Chassagne premier cru La Maltroie, Pommard premier cru Clos des Poutures et Bourgogne Chardonnay). Les deux années suivantes, il récupère des vignes familiales du côté de ses oncles et tantes sur les appellations Meursault, Pommard et Volnay. A terme, le domaine devrait compter 7 hectares en production.
Des vignes qu’Armand Heitz exploite en biodynamie, sans certification pour l’instant. Les vendanges sont réalisées en petites caisses pour minimiser la trituration des baies. Les blancs sont vinifiés en fûts (pas plus de 25% de fûts neufs) et élevés pendant 12 mois. Les rouges sont vinifiés à 100% en vendanges entières (sans éraflage) après passage sur table de tri. « Pour moi la vendange entière s’inscrit dans la continuité de la culture en biodynamie. L’idée est de respecter l’intégrité des raisins jusqu’au bout », expose le jeune vigneron.
Il présente son millésime 2014, touché à des degrés divers par la grêle de fin juin. Un accident climatique, survenu assez tôt dans la saison, qui n’a pas facilité la tâche mais qui n’a pas eu d’impact rédhibitoire sur la qualité finale des vins chez les producteurs sérieux. Armand Heitz peut se targuer d’avoir réussi des cuvées de blancs prometteuses et de belle tenue et un Pommard Rugiens à la hauteur de la réputation de ce terroir. 

 

Les blancs

Meursault-Perrières, Chevalier-Montrachet, Pommard, etc. la belle gamme du domaine Heitz-Lochardet. Laurent Gotti.
Meursault-Perrières, Chevalier-Montrachet, Pommard, etc. la belle gamme du domaine Heitz-Lochardet. Laurent Gotti.

Bourgogne blanc Les Durots – 14,5 sur 20
Les vignes sont situées sur Meursault à proximité d’un vignoble (même nom de climat) classé en AOC village. Le nez présente des notes de fruits secs (noisette fraiche) assez marquées et de citron. En bouche, ce bourgogne campe sur une bonne vivacité et la finale est un peu mordante. « Je préfère un vin précis quitte à avoir quelque chose de moins flatteur », explique Armand Heitz.

Meursault Les Gruyaches – 14,5
On retrouve la volonté de préservation de la fraicheur et de la précision sur ce Meursault. Avec toutefois un peu plus d’ampleur et de gras en bouche que sur le Bourgogne. Une certaine austérité s’en dégage aussi à ce stade. A revoir sur la durée. 

Chassagne premier cru La Maltroie – 17,5
Un vin d’une remarquable harmonie dès l’entrée en bouche et jusqu’à la finale. Sa texture est satinée, croquante. Le nez exhale avec générosité une palette de fruits allant des agrumes à la poire en passant par la pêche. Un chassagne superbement réussi qui conjugue l’équilibre et la finesse avec une grande classe.


Meursault premier cru Perrières – 16 sur 20
Le nez est tout en délicatesse sur de fines notes de petites fleurs blanches (chèvrefeuille). La bouche n’est pas d’une spectaculaire ampleur mais montre une grande densité et surtout une longueur digne d’un grand cru. Une finale fraiche et très minérale persiste. Le caractère d’un Perrières bien né, sur la réserve aujourd’hui mais doté d’un grand potentiel.


Chevalier-Montrachet – 17,5 sur 20
Pas toujours simple de passer après Meursault Perrières même pour un grand cru. Ce Chevalier s’en sort pourtant haut la main. Il présente un profil très différent, tant sur le plan aromatique avec ses notes « chaudes » de raisin sec et de poire bien mûre, que sur le plan gustatif avec une attaque en bouche puissante et charnue. La matière est puissante, ample. La finale est un peu moins longue que le Perrières.


Les rouges


Pommard premier cru Clos des Poutures – 14,5 sur 20
La vinification en vendanges entières se fait sentir ici sans équivoque. Le premier nez se déploie sur des notes d’épices et de pétales de rose fanée. Autre signe typique de ce type de vinification : une robe un peu terne montrant quelques signes d’évolution. En bouche les tannins sont particulièrement soyeux.

Pommard premier cru Rugiens – 16,5
Quelques centaines de mètres seulement séparent le Clos des Poutures de ce Rugiens (plus haut sur le coteau). Les deux vins n’ont rien à voir. Ici, le parti pris en matière de vinification est très peu perceptible. Le nez présente un mélange complexe de fruits, d’épices s’exprimant avec une belle fraicheur. La charge tannique est importante en bouche : une fermeté qui signe le terroir des Rugiens (ici nous sommes sur le haut de ce climat). Ces tannins restent relativement fondus. Un beau vin de garde.

 

24 Rue Charles Paquelin - 21190 Chassagne-Montrachet - Tél. 03 80 21 33 19

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.