La Bourgogne veut produire plus

Arrivée au point de rupture au niveau des prix, incapable de satisfaire la demande, la Bourgogne aimerait faire redescendre la tension. La solution passe par un renflouement des stocks. 

 

Baie de pinot noir après égrappage en Bourgogne. Laurent Gotti
Baie de pinot noir après égrappage en Bourgogne. Laurent Gotti

Bonne résolution de début d’année ou vœux pieu ?
La Bourgogne veut produire davantage. Lors de l’assemblée générale de l’interprofession des vins de Bourgogne (BIVB), le 21 décembre dernier, le « grave déficit de récolte » enregistré sur la période 2010-2015 a de nouveau fait parler de lui. « Il a perturbé tous les paramètres du marché », a souligné Frédéric Gueguen, secrétaire général du BIVB et producteur chablisien. Deux chiffres illustrent ce trouble constat : -3% pour les exportations mais une progression de 37 % en valeur dans le même temps ! Autant dire que les prix ont fortement augmenté et que bien souvent le consommateur a payé la note…

 

Dans les appellations moins en vogue et disposant de moins de marge de manœuvre pour augmenter les prix, cette situation pose des problèmes de rentabilité des exploitations.

 

« Nos vins et notre vignoble bénéficient d’une grande et belle réputation, qui suscitent une forte demande des marchés. Nous ne pouvons malheureusement pas la satisfaire (…). La conséquence est une hausse des cours et, donc, des prix aux consommateurs. Ce niveau de prix élevé découle bien de la tension extrême qui règne entre l’offre et la demande. Même si des marchés ont suivi cette augmentation, nous commençons à enregistrer des ruptures. C’est un enjeu majeur pour l’avenir », s’inquiétait Claude Chevalier, président du BIVB.

 

Le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne a mis sur pied un « plan 2020 » (il se prononce vin-vin dans les couloirs de l’organisation !) pour tenter de le résoudre. Le vieillissement et le dépérissement des vignes, l’accompagnement et l’adaptation au changement climatique, une meilleure gestion des intrants, figurent parmi les axes de travail. Mais comme le disait un sage vigneron de Côte de Beaune : « C’est quand même la nature qui mène toutes les affaires »…

 

Quant aux prix des vins, vu la cote déjà acquise par le millésime 2015, la redescente n’est pas pour demain.  

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    pandolfi francois (mardi, 19 janvier 2016 17:16)

    Je suis propriétaire de terrains qui furent la base de la viticulture à Joigny. Le nouveau PLU leur a restauré leur qualité agricoles donc cultivables.
    Pouvez vous m'aider à contacter des viticulteur du sud Bourgogne qui pourraient s interesser à planter plus au nord.
    Cordialement.
    F.P

  • #2

    Clarence-Hubert (mercredi, 03 février 2016 10:12)

    Il y a déjà des viticulteurs dans l'Yonne. Peut-être déjà les contacter eux. Certains souhaitent peut-être agrandir/se développer.

Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

 

All About Burgundy est aussi partenaire de la Collection Pierre Poupon : livres, cartes et atlas. Des ouvrages de référence sur la Bourgogne depuis 1952 ! Lien ici. Et des ateliers de dégustation à domicile A Portée de Vins. Voir ici.

 

Reproduction interdite sans autorisation.

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.