Bouzeron : l'Aligoté en son jardin

Le village de Bouzeron cultive son exception : le cépage aligoté. C'est la seule appellation communale de Bourgogne à le produire.

Sur les hauteurs des collines de Bouzeron l'aligoté s'épanouit. Laurent Gotti
Sur les hauteurs des collines de Bouzeron l'aligoté s'épanouit. Laurent Gotti

La réputation des aligotés de Bouzeron ne date pas d’hier.
En 1760, Courtépée en faisait déjà mention dans une description du Duché de Bourgogne. Pourtant, il aura fallu attendre 1997 pour que ce village obtienne son AOC.
Ainsi naissait une nouvelle particularité en Bourgogne :
le cépage aligoté, considéré ailleurs comme secondaire, joue ici les premiers rôles. Bien-sûr, on le retrouve dans les appellations régionales bourgogne-aligoté ou dans les assemblages de crémant de Bourgogne, mais à Bouzeron et seulement dans ce village, il a obtenu la consécration dont seul le chardonnay pouvait se prévaloir jusqu'à présent.
D'un naturel assez productif, ce cépage installé sur les hauts de coteaux et sur des sols pauvres trouve l'équilibre qui lui convient. Il donne alors des vins ciselés, purs, aux arômes d’agrumes sans manquer de concentration. Lorsque le millésime a été généreusement ensoleillé, ils peuvent montrer une grande ampleur et révéler une aptitude à la garde digne du chardonnay. Sa superficie en production reste toutefois modeste et sa notoriété peine à décoller.
Autour d'une dizaine d'euros, un bouzeron bien né est une affaire. 

Superficie en production de l'AOC Bouzeron : 51,55 hectares

Carte du vignoble de Santenay. © S.Pitiot et JC Servant. "Les Vins de Bourgogne".
Carte du vignoble de Bouzeron. © S.Pitiot et JC Servant. "Les Vins de Bourgogne".

Écrire commentaire

Commentaires: 0