A la Une

La véraison a débuté

Pinot noir au stade véraison en Côte de Nuits. LG.
Pinot noir au stade véraison en Côte de Nuits. LG.

La véraison a débuté un peu avant la mi-août dans le vignoble bourguignon. Ce stade, caractérisé par un changement de coloration des raisins, marque le début de la dernière ligne droite avant les vendanges. Les températures assez chaudes des dernières semaines ont encouragé le phénomène et permis aux vignes de poursuivre leur cycle sur un rythme assez soutenu. Quelques jours ont été certainement rattrapés par rapport au « retard » constaté à la floraison.

Pour autant, le caractère tardif du millésime ne se dément pas. A titre de comparaison, ce stade avait été atteint dès les premiers jours d'août l'année dernière. Les premiers raisins devraient être prêts à couper qu’à la fin septembre.

La pression du mildiou, très intense en juin et juillet, est restée forte. « Le temps a été ensoleillé mais avec des pluies régulières qui ont entretenu la maladie.  Il faudra rester vigilant jusqu’au bout, prévient Eric Germain, œnologue de la maison Vincent Girardin (Meursault). Nous ne serons pas à l’abri d’un phénomène de pourriture ».

La difficulté du millésime résidera également dans la grande hétérogénéité de l’évolution de chaque grappe. Résultat du gel qui a durement frappé le vignoble fin avril. En fonction de l’emplacement de chaque parcelle, et même au sein de chaque cep, comme nous le notions déjà lors de la floraison (lire ici), les décalages se répercutent tout au long du cycle. L’évaluation de la date optimale de récolte sera très certainement un vrai casse-tête pour les vignerons.  

0 commentaires

Le bio en échec ?

Des attaques de mildiou sans précédent ont conduit des vignerons bio à avoir recours à des traitements chimiques pour sauver les meubles. Les acteurs de la viticulture bio s’interrogent sur les conséquences de ce millésime 2016 décidément impitoyable.

Une grappe atteinte par le mildiou à Givry. LG
Une grappe atteinte par le mildiou à Givry. LG

 Laurent Fournier est viticulteur bio (Domaine Jean Fournier à Marsannay), certifié par un organisme de contrôle, depuis 2008. Ces dernières semaines, la mort dans l’âme, il a du procéder à deux traitements chimiques sur certaines de ses parcelles pour tenter de sauver ce qui pouvait l’être. « Un vendredi j’ai vu des tâches de mildiou sur les feuilles, le dimanche la maladie était déjà sur les grappes. C’était fulgurant ! Le lundi j’ai décidé de passer en urgence un traitement conventionnel », explique-t-il.
Il en a informé l’organisme certificateur et perdra donc sa certification bio sur les parcelles traitées.

Le cas de Laurent Fournier n’est pas isolé. Car le millésime 2016 est décidément une année où il ne fait pas bon être viticulteur. Comme si les 7 plaies d’Égypte frappaient, les uns après les autres, la vigne. Après le gel, la grêle, c’est donc le mildiou qui s’est installé, avec une virulence inédite, dans de nombreux vignobles.
Un effet domino. « Le gel du printemps a induit des perturbations physiologiques pour les vignes qui ont favorisé l’apparition des maladies », analyse Agnès Boisson, responsable de la filière viticulture à Biobourgogne (organisme qui accompagne les producteurs bio de la région). Face aux attaques du mildiou, une maladie cryptogamique, certaines vignes ont « décrochées » comme on désigne dans le jargon pour les parcelles où la récolte est clairement en danger.
En première ligne de ce fléau : la viticulture biologique. Cette approche de la culture s’interdit l’utilisation de produit chimique et donc de moyen curatif. A Chablis et en Côte de Nuits, le mildiou a été plus particulièrement destructeur. Le phénomène impacte aussi bien les vignes en bio que celles traitées en conventionnel mais c’est la première fois qu’un nombre conséquent de viticulteurs bio sont amenés à mettre leur principe de côté pour faire face. La filière ne s’en cache pas.
« Les millésimes 2012 et 2013 avaient déjà été compliqué mais il y avait un bon potentiel de récolte au départ. Les constats d’échec existaient mais personne ne s’était posé la question d’avoir recours à une ou deux cartouches en traitement conventionnel. Cette année la récolte était déjà largement entamée dès le début de la saison. Certains ne pouvaient perdre davantage. Ça été leur choix, c’est forcément le bon ».
En additionnant gel, floraison difficile et mildiou, Laurent Fournier estime qu’il fera tout juste un tiers de récolte cette année. Si le ciel veut bien rester clément jusqu’au bout…

 

Le bio est-il trop restrictif ?


Pas question pour autant de remettre en cause les fondements de la viticulture bio chez lui. « Je reste tout à fait convaincu par la bio. Je reprendrai cette culture l’année prochaine sur les parcelles concernées (ndlr : il faut toutefois 3 années de conversion pour retrouver la certification officielle). Ce qui compte ce n’est pas d’avoir le logo sur l’étiquette mais de respecter l’environnement. Il est hors de question de revenir aux désherbants chimiques par exemple », martèle Laurent Fournier. Celui-ci insiste sur le fait que la chimie n’est pas la panacée, loin s’en faut : « Les maladies ont développé des résistances aux produits. »
Il reste toutefois un débat qui risque d’agiter la filière avec davantage d'intensité ces prochains mois. Le bio est-il trop restrictif ? « On est sans doute trop jusqu’au-boutiste, extrémiste, pour obtenir la certification. Je me demande si finalement on ne souhaite pas qu’elle soit réservée qu’à une petite frange de producteurs », déplore Laurent Fournier.
« La certification répond à un cahier des charges européen. Je me mets à la place du consommateur. Si les choses ne sont pas cadrées c’est la porte ouverte à toutes les dérives, répond Agnès Boisson. Nous sommes sur le fil du rasoir c'est vrai. Mais être certifié bio ce n’est pas avoir la corde au cou. Il est possible d’arrêter quand on le souhaite ».

 

Il sera temps de faire un bilan approfondi de l’année une fois les raisins rentrés dans les caves. De constater si l’essor de la viticulture bio en Bourgogne subit le contrecoup de ce mémorable millésime 2016, mais aussi de tirer des enseignements précieux pour la suite.

9 commentaires

Des grands crus à Pommard ? "Nous n’avons pas dit notre dernier mot".

Aubert Lefas est à la tête du domaine Lejeune (10 ha) à Pommard. Fortement impliqué dans le projet de classement de certains climats du village en grand cru, il se bat contre l’enlisement de ce dossier. Il expose aussi ses inquiétudes au vu de l'augmentation du prix des vignes les plus réputées de Bourgogne. Une importante vente a été mise en échec il y a quelques semaines à Pommard...

 

Aubert Lefas, à la tête du domaine Lejeune à Pommard. LG
Aubert Lefas, à la tête du domaine Lejeune à Pommard. LG

 En Bourgogne les vignerons s’inquiètent des prix atteints par les vignes. Vous venez définir un barème qui encadre ces prix. Quel est le but de cette initiative ?

 

Le but est d’encadrer les prix pour pouvoir donner des indications aux acheteurs, aux vendeurs et surtout pour pouvoir servir de référence fiscale. Le problème de fond, c’est que la réputation, la qualité de certains vins de Bourgogne en ont fait des produits de luxe. En conséquence, les terres ont subi et parfois anticipé des hausses de prix importantes.

 

 

Certains constatent une déconnexion historique entre le prix du foncier et les prix des vins ?

 

Tout à fait. Les placements actuels de type monétaires ou boursiers sont soit très peu rentables, soit dangereux. Le placement dans la pierre demeure intéressant mais avec des contraintes. Il reste finalement le placement dans un produit à très long terme. La vigne en fait partie. Sachant qu’avec le vin, il y a un aspect d’hédonisme, d’image qui constitue aussi le moteur d’un certain nombre d’investisseurs. Investir dans le vignoble de Bordeaux, de Champagne, de Bourgogne apporte une forme d’accomplissement pour des gens qui ont par ailleurs réussi. Avoir son nom sur l’étiquette d’un grand vin est un beau signe de succès et c’est peu dangereux sur le plan financier. On a vu des inconnus dans le monde du vin sortir 1, 5 ou 10 millions pour s’acheter des vignes. Par ailleurs, pour un français, la fiscalité, l’ISF en particulier, pousse à investir dans ce type de placements générateur d’allégements d’impôt.  

 

 

Avez-vous ressenti les effets, les conséquences, de cet attrait grandissant dans la vie de votre propre domaine ?

 

Oui, clairement. Une des conséquences, c’est que l’on a séparé la détention du foncier et l’exploitation. D’un côté il y a les détenteurs du capital et de l’autre ceux qui le travaillent. Beaucoup de vignerons ont créé des sociétés tout simplement pour héberger le foncier, ce qui permet d’avoir des abattements fiscaux. Cela permet aussi de transmettre non pas de vignes mais des parts pour conserver l’intégrité des domaines. Si vous avez trois enfants, vous leur transmettez un tiers des parts. Il y en a un qui sera fermier et qui louera les terres aux autres.

 

 

Avec la tentation pour ceux qui ne sont pas exploitants de vendre leurs parts vu les prix atteints par les vignes… D’autant qu’il y a des placements à priori plus rentables.

 

Tout à fait. La rentabilité des vignes est plutôt bonne sur le long terme. Les baux permettent d’assurer une bonne sécurité du paiement, les barèmes pour les fermages (ndlr : sommes payées par l’exploitant au propriétaire de la vigne) sont indexés sur le prix du vin en vrac. Depuis 5 ans, les fermages ont doublé en Côte-d’Or. Je ne connais pas beaucoup d’activité financière dans ce cas. Je m’énerve un peu quand j’entends des cousins, des oncles, ou des associés non exploitants dire : « Ca ne rapporte rien ». Par rapport à ce qu’ils ont investi, ça rapporte beaucoup… Néanmoins la valeur du foncier s’est envolée, ça veut dire que vous gagnerez sans doute beaucoup mieux votre vie à revendre quelque chose que vous avez acheté pas cher,  ou mieux, dont vous avez hérité. La rentabilité actuelle ramenée à la valeur du foncier reste assez faible : 0,3 à 1%. Si vous êtes un investisseur, un financier, le rendement n’est clairement pas très bon.

 

 

Ce qui crée fatalement des tensions entre celui qui exploite et celui qui détient le foncier…

 

Clairement. La tentation de vendre est grande si l’exploitant n’est pas charismatique, ne fait pas de grands vins, s’il n’est pas un bon gestionnaire et qu’il a du mal à payer son fermage.  Les autres associés vont dire : « bien, il n’y a qu’à vendre ». C’est tellement plus simple…

 

 

En plus du travail de vigneron dans les vignes, auprès des clients, l’exploitant a aussi des comptes à rendre auprès des associés. C’est devenu une casquette qui prend du temps, lourde à porter ?

 

Oui. Elle peut parfois empêcher de dormir. Si vous avez un associé qui tous les mois vous harcèle en disant : « il faut vendre, y en a marre ». Ça ne devient plus vivable.

 

 

Connaissez-vous des collègues dans cette situation ?

 

Oui. Quels sont les besoins du petit cousin parisien : construire un étage à sa maison, payer une voiture, financer les études de ses enfants. Plutôt que de recevoir 500 ou 1 000 euros par an alors que son patrimoine en vaut 500 000, il préfère vendre. J’exagère mais c’est cela.  C’est l’éternel arbitrage entre je vends et je profite, ou bien je reste dans une attitude entrepreneuriale.

 

 

Plus il y a d’associés, plus la cohérence de l’ensemble est difficile à maintenir bien-sûr…

 

Oui, nous devons faire plus attention à la relation aux gens qui nous permettent de pérenniser le capital. A titre personnel, je loue la totalité des vignes : je suis fermier de ma belle-famille qui dispose d’une société détenant le foncier. Au sein de cette société se pose les questions de transmission. Est-ce transmissible ? Dans quelles conditions ? Quel sera l’impact pour les autres membres de la société. Les baux de 18 ou 25 ans me permettent de travailler mais créent aussi une incertitude à l’expiration du bail. Si vous n’optimisez pas tout cela, il y a vente. Vente au plus offrant, en général au plus gros. Donc disparition d’exploitations.

 

 

Existe-t-il une menace pour le tissu des petites exploitations bourguignonnes ?

 

Pour les domaines de 6, 8, 15 hectares, la menace est véritable. Le législateur nous a fait monter des usines à gaz qui éclateront. Elles seront vendues à des investisseurs étrangers, des sociétés financières. Nos enfants deviendront des salariés de gros groupes avec des logiques managériales peu en rapport avec l’esprit de la Bourgogne.

 

 

Doit-on craindre un délitement du lien à la terre qui fait l’essence de la démarche vigneronne en Bourgogne ?

 

Oui exactement.

 

 

Pourquoi faire intervenir la Safer (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural) dans ce jeu-là ?

 

La Safer dispose d’une légitimité pour réguler le prix des ventes et aider les vignerons à gérer les transactions. Sa mission première est d’aider à l’installation de vignerons. Elle a la possibilité, si les producteurs du village le désirent, de préempter les vignes mises en vente sur la base du barème. Si un propriétaire veut vendre ses vignes 2 millions et que le barème dit qu’elles en valent 1, la Safer peut préempter : elle achète la parcelle et fait un appel à candidature avec un ordre de priorité. Le vendeur peut aussi retirer ses vignes de la vente.

 

 

Le barème de prix est indicatif et fixé par les exploitants. C’est étrange que les exploitants fixent des prix de vignes qui ne leur appartiennent pas ?

 

Le barème est fixé par la commission foncière de l’Organisme de gestion de l’appellation (ODG). Il ne faut pas se tromper : la plupart des exploitants sont aussi propriétaires de vignes. Le problème c’est que depuis 15-20 ans des investisseurs, avec une logique financière, sont entrés dans la danse. Or les dernières transactions servent de références au fisc sur la valorisation du bien lors des transmissions. Elles fixent les droits à payer et cela rend la transmission plus compliquée, onéreuse. On gère un problème de riche mais qui pour nous est extrêmement dangereux.

 

 

Ce barème a été mis en place depuis 2 mois. A-t-il déjà fonctionné à Pommard ?

 

Oui, une fois. En fait le barème a été mis en place à l’occasion d’une très grosse transaction. Elle ne s’est finalement pas faite. Les vendeurs ont retiré les vignes de la vente et ont trouvé une autre solution de transmission, de vente. Sans ce système, la transaction se serait faite à des niveaux de prix jamais atteints. L’hectare de premier cru aurait été valorisé à 2,5 millions d’euros.

 

 

Aujourd’hui, quel est le prix d’un hectare du premier cru à Pommard ?

 

1,5 million. Cela faisait 40 % de plus.

 

 

Vous vous félicitez donc d’avoir mis en place cette grille ?

 

A court terme oui. Cette transaction n’a pas créé de référence. Pour assurer le coût d’une transmission, soit vous avez la trésorerie et vous pouvez payer, soit vous êtes obligé de vendre une partie des vignes. Et ce sera un « gros » qui pourra surenchérir sur cette parcelle. Ce qui ne fait qu’alimenter le phénomène.  

 

 

Ce phénomène d’inflation du prix des vignes est-il durable pour vous ? 

 

A mon avis cela ne va pas se tasser : les conditions d’instabilité boursière restent présentes. En revanche, je pense que les investisseurs prêts à mettre n’importe quelle somme pour acheter des vignes vont se montrer plus prudents. Après 3 années de grêle et de gel ils s’aperçoivent que l’investissement n’est pas si rentable que cela. Pour ceux qui ont réussi à acquérir des vignobles à la bonne époque, la vigne est clairement rentable. Pour les autres, non. les prix sont plus élevés, les rendements ont baissé.

 

 

La vente de vignes va moins défrayer la chronique ?

 

Ce type de vente est finalement un épiphénomène. Il y a une vraie tendance à l’envolée sur les grands crus. Sur quelques beaux premiers crus cela va aussi continuer, mais sur des appellations moins prestigieuses, je ne pense pas.

               

 

Les accidents climatiques successifs, et ce dernier coup de gel, menacent-il la survie de certaines exploitations ?

 

Oui, le gel va en « achever » certains. Un vigneron peut commencer par se séparer d’une vigne, cela lui permettra de passer l’année. D’autres vont décider de s’arrêter complétement. Nous sommes pris à la gorge par des fermages extrêmement élevés. Il n’y pas d’autre solution que de renégocier les modes de calculs des fermages. Il faut que le propriétaire d’un vignoble, même dans le cadre d’un fermage, accepte le risque de ne pas être payé. Si votre vigneron ne va pas bien, ça ne peut pas durer.

 

 

Certains de vos collègues vous ont-ils fait part de leur décision d’arrêter ?

 

C’est toujours délicat. Des bruits courent. Certains disent ne pas avoir de successeurs. Il va y avoir des changements dans les années à venir… Ce qui me stupéfait, c’est la capacité de résilience de notre secteur. Je n’en connais pas d’autre où vous pouvez absorber 50 % de baisse de chiffre d’affaires.

 

 

A quoi attribuez-vous cette résilience ?

 

Les vignerons sont enracinés extrêmement fort dans la terre.  Nous la travaillons. Vous savez, dans votre for intérieur, que si vous coupez ce lien, vous êtes mort. Parfois cette persévérance va jusqu’à la bêtise : vous continuez de bosser jusqu’à 80 ans sans assurer la succession. Nous sommes à la fois terriens et entrepreneurs. Sans le foncier, nous ne sommes rien. Même le plus beau vigneron sur des grands crus de la Côte de Nuits. La qualité des vins d’un vigneron, c’est son travail et mais aussi beaucoup sa terre. Si vous n’avez plus la terre vous n’avez plus de légitimité.

 

 

Le village mène un dossier de classement en grand cru des Rugiens et des Epenots. Où en est-on ? Y-a-t-il une chance de le voir aboutir prochainement ?

 

A court terme, non. Nous avons fait un énorme travail de recherche pendant deux ans. Il a été prouvé, sans discussion, que Les Rugiens et Les Epenots sont les deux meilleures vignes du village. Il n’y a pas de contestation interne là-dessus. En revanche, la commission régionale de l’INAO (Institut national des appellations d’origine) a réagi en estimant qu’il était très délicat d’accorder ce classement sans critères. Si on accepte Pommard, il faut accepter Volnay, Meursault, etc. Le grand cru, c’est le vaisseau amiral pour une appellation.

 

 

Quels sont ces critères ?

 

Ils sont extrêmement exigeants. Il faut au moins 50 ans de reconnaissance en premier cru et une antériorité remontant jusque dans les années 1800 pour le climat considéré. Pour une partie des Rugiens haut, classé en premier cru en 1982, cela pose problème. La deuxième condition, qui à mon avis est inacceptable, est que le nom retenu pour cette appellation grand cru est interdit d’usage pour tous les autres voisins : vous ne pouvez pas avoir une partie des Rugiens en grand cru et à côté un Rugiens premier cru, a fortiori un Rugiens village. Il est évident que cela nous bloque entre nous (Ndlr : une partie des Rugiens n’est pas concernée par ce dossier). Si le grand cru Rugiens devait voir le jour, la partie qui resterait en premier cru perdrait la possibilité de mentionner ce nom. Il en est hors de question pour les producteurs concernés. On ne peut pas les priver de cela.

 

 

Diriez-vous que l’objectif était de battre en brèche la cohésion dans le village ?

 

Il est clair que ces critères préservent les acquis des grands crus existants. Critères pourtant contestables : les noms des grands crus sont utilisés dans toutes les appellations villages aux noms composés : gevrey-chambertin, vosne-romanée, etc. La règle pour les nouveaux entrants ne s’applique pas aux grands crus existants. C’est une forme de protectionnisme.

 

 

Quelles actions envisagez-vous de mener pour obtenir gain de cause ?  

 

On se contente de la situation présente mais nous n’avons pas dit notre dernier mot. Nous continuons à travailler pour faire assouplir ces critères, montrer qu’ils ne peuvent pas tenir. On ne peut demander aux entrants d’être plus exigeants que ceux qui y sont déjà. Je tiens à faire savoir le mécontentement des vignerons de l’appellation de s’être fait bloquer. Pris à bras le corps il y a trente ans, ce dossier serait passé sans souci. Les enjeux ne sont plus les mêmes…  

 

2 commentaires

Joyeux anniversaire les Climats !

Il y a un an, jour pour jour, le Comité du Patrimoine mondial inscrivait Les Climats du vignoble de Bourgogne sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO !

Le Chambertin Clos de Béze, grand cru de la Côte de Nuits. LG
Le Chambertin Clos de Béze, grand cru de la Côte de Nuits. LG

« Du fond du cœur, je vous remercie. Les Climats de Bourgogne que vous venez d'inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité sont l'héritage d'une très longue histoire qui unit des hommes, une culture, une terre, une plante noble : la vigne. (…) Je pense aujourd'hui à ces générations de vignerons, qui depuis 2 000 ans, ont travaillé sur les Climats, ces hommes et ces femmes qui ont façonné cette terre noble, mais dure, par un labeur millénaire pour y produire des vins qui sont parmi les plus recherchés de la planète ». Ce sont les premiers mots d’Aubert de Villaine quelques instant après l’entrée des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine mondial de l’humanité. C’était à Bonn (Allemagne) le 4 juillet 2015.
Une consécration pour cette mince bande de terre, se déroulant au sud de Dijon sur une cinquantaine de kilomètres de long. Un ruban de vigne connu des amateurs de vins du monde entier : les vignobles de la côte de Nuits et de la côte de Beaune. Ici est née une définition du terroir qui n’existe nulle part ailleurs.

 

Revivez la réaction d'Aubert de Villaine dans son intégralité (audio).
 

"Du fond du cœur je vous remercie. Les Climats de Bourgogne que vous venez d'inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité sont l'héritage d'une très longue histoire qui uni des hommes, une culture, une terre, une plante noble : la vigne. Cette incomparable mosaïque de terroirs, les Climats, sont un vignoble regardé par tous les vignerons du monde, que je salue aujourd'hui, comme le berceau de la viticulture de terroir ; celle qui identifie le vin le plus finement possible avec le lieu où est implanté la vigne qui le produit. Outil de travail des hommes, mais aussi paysage et creuset d'une culture unique, les Climats forment un bien complexe à appréhender.

Nous remercions Icomos (Ndlr : le cabinet d'expertise de l'Unesco) d'en avoir compris toute la richesse. Je pense aujourd'hui à ces générations de vignerons, qui depuis 2 000 ans, ont travaillé sur les Climats, ces hommes et ces femmes qui ont façonné cette terre noble, mais dure, par un labeur millénaire pour y produire des vins qui sont parmi les plus recherchés de la planète.
Ce qui a été remarquable, c'est combien la candidature au patrimoine mondial a créé chez tous les acteurs du territoire une importante, et j'espère durable, prise de conscience de la responsabilité que nous avons tous de conserver l'intégrité et l'authenticité d'un tel territoire qui depuis des siècles a permis à des communautés humaines de vivre et de se développer harmonieusement.

La reconnaissance par l'Unesco du modèle de terroir bourguignon est révélatrice de l'importance pour l'humanité des productions agriculturelles fondées sur une extrême diversité et la recherche d'excellence à travers des structures productives familiales de petites tailles. Il est essentiel de les préserver et de les promouvoir. Cela aussi vous l'avez compris.

Je remercie du fond du cœur tout ceux qui se sont mobilisés pour bâtir notre dossier de candidature, je suis fier pour eux et pour tous ceux qui nous ont accompagné dans la longue aventure qui nous amené jusqu'à cet hémicycle pour voir légitimer par vous la candidature d'un grand patrimoine viticole français, qui devient aujourd'hui patrimoine du monde.

C'est un grand jour pour nous, un jour de joie et de fierté mais surtout un jour qui s'ouvre sur l'avenir. Le site des Climats, je le répète, est un site vivant. Il nous appartient aujourd'hui de le conserver ainsi : vivant, ouvert sur le futur et fort des valeurs que vous lui avez reconnues et que nous nous engageons aujourd'hui à sauvegarder."

1 commentaires

2016 sera un millésime tardif

Les vignes sont en fleurs partout, ou presque, en Bourgogne. Cette phase importante du cycle de la vigne détermine la date des vendanges. Elles devraient ne pas débuter avant la fin septembre. 

Vignes en fin de floraison en Côte de Beaune. LG.
Vignes en fin de floraison en Côte de Beaune. LG.

« En plein dedans. La pleine fleur devrait être pour demain », confirme Nicolas Maillet, vigneron à Verzé (Mâconnais). Attention fragile : une étape très importante du cycle de la vigne est actuellement en cours. Elle détermine assez précisément la date de vendanges à prévoir. On compte une centaine de jours entre la pleine floraison et la maturité idéal des raisins. Cette floraison confirme donc le caractère tardif du millésime 2016.
«  Ça donne des vendanges pour la fin septembre », estime Nicolas Maillet. On va pouvoir prendre de longues vacances cette année... », plaisante-t-il. Référence sans doute aux débuts de saisons difficile qui a malmené les nerfs des vignerons (gel, grêle).
Même constat à Mercurey, chez Jean-Claude Theulot (Domaine Theulot-Juillot). Ses pinots noirs sont également en pleine fleur. Presque un étonnement pour lui. « Elle s’est déclenché dans des conditions qui n’étaient pourtant pas très favorable en début de semaine ».

Les échos de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits sont similaires : le compte à rebours avant les vendanges a débuté. Les différences d’évolutions de la vigne du nord au sud de la Bourgogne sont assez minimes cette année.
A Chablis Benoit Droin (Domaine Jean-Paul et Benoit Droin) a constaté de nombreuses inflorescences dans ses vignes à partir 21. « La nuit a été chaude et cela a favorisé le début de fleur. On devrait en pleine fleur cette fin de semaine », prédit le vigneron.  
La bonne nouvelle c’est que cette floraison se passe, pour l’heure, dans des conditions ensoleillées et sèches. Elles favorisent la bonne fécondation des baies et une certaine homogénéité dans le stade de maturation de futures grappes.  
La moins bonne : elle confirme les méfaits du gel de fin avril. « Nous avons eu du gel sur 4,5 hectares (ndlr : sur 12 ha au total), sur 3 d’entre eux il n’y aura quasiment pas de raisins », se résigne Jean-Claude Theulot.
Le constat est plus cruel encore à Chablis. Benoit Droin estime que 65% de son vignoble est touché par le gel mais aussi par les épisodes de grêle du mois de mai. Les conséquences de ces aléas se font immanquablement sentir : d’un cep à l’autre le stade végétatif peut-être décalé d’une dizaine de jours, voir davantage. Une situation qui sera difficile à gérer pendant les vendanges. « Ce millésime sera compliqué de toute façon. Si on peut avoir une floraison qui se passe bien, ce sera déjà ça ! », se rassure Benoit Droin. Là aussi c’est la météo qui aura le dernier mot…    

0 commentaires

Découvrez notre newsletter !

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.



Partagez sur :

La Bourgogne vue de l'intérieur !

All About Burgundy est le premier média digital d'information consacré exclusivement aux vins de Bourgogne. Animé par Laurent Gotti, journaliste et dégustateur professionnel, il vous emmène au cœur des vins de Bourgogne.
Suivez nos actualités sur les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de la page d’accueil). A très bientôt !

Reproduction interdite sans autorisation.

 

All about Burgundy |  328 route de Longvay  | Hameau de Gigny | 21200 Beaune

laurent.gotti@allaboutburgundy.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Dégustez, appréciez avec modération.